Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

06/10/2008

REFLEXIONS SUR LA CRISE ACTUELLE

krach.jpgLIBERAL, ANTICAPITALISTE et HUMANISTE...

Disons le de suite, oui, il s'agit d'une crise grave et comparable à celle de 1929 dont l'économie gardera plusieurs séquelles et ce pendant plusieurs années.

Les similitudes sont nombreuses et sans être exhaustif, nous pouvons parler de la source géographique, encore une fois les Etats-Unis; des symptômes, encore une fois une implosion de la bulle financière et du système bancaire; et des conséquences sur l'économie réelle qui semble s'orienter vers une récession économique.

Tout d'abord plusieurs remarques:

1- Cette crise n'est pas gérée par nos politiques comme celle de 1929,
2- Ce n'est pas une crise du modèle libéral mais du capitalisme comme on l'a laissé se fourvoyer depuis de nombreuses années,
3- Si l'économie connait des fluctuations cycliques, c'est que lorsque l'on arrive à certaines limites d'une surévaluation de la sphère financière par rapport à l'économie réelle: La bulle se dégonfle et le système se purge.

En 29, les conséquences sociales de la crise ont été très grave avec tous les effets induits par une certaine inaction (ou panique) des politiques de l'époque. Aujourd'hui, c'est tout différent, les dirigeants du monde occidental prennent le taureau par les cornes et interviennent pour réamorcer le système et le "réguler".
Je continue de penser que nous ne vivons pas dans un monde libéral mais un monde ultracapitaliste que les élites protègent. Pas un monde libéral car, si l'on se réfère aux travaux des théoriciens libéraux, le marché doit être effectivement la pierre angulaire du fonctionnement du système, car c'est lui qui détermine les grands équilibres MAIS la puissance publique, au travers de ses missions régaliennes, doit réguler en évitant impérativement tout concentrationnisme qui mène à des situations de monopole ou collusion entre groupes ce qui revient au même.

Au contraire, l'Etat a négligé voire abandonné ses fonctions régaliennes (sécurité, régulation des marchés...), il a même perdu la fonction de battre monnaie puisque c'est maintenant une entité indépendante des Etats qui définit les taux d'intérêts. C'est pourquoi je maintiens que ce n'est pas une crise du modèle libéral.

Le Général de Gaulle voulait un Etat fort et il avait raison. J'ajouterais un Etat fort qui assumerait ses fonctions régaliennes, chargé du respect des règles du jeu, chargé de faire que la liberté de réussir, l'égalité des chances, que la fraternité dans les épreuves collectives soient assurées, chargé d'offrir et de permettre des perspectives d'avenir humaines pour tout un chacun. Dans cette mission de police l'Etat a aussi négligé l'aspect environnemental du développement de nos sociétés alors qu'il aurait du agir dès l'origine en protecteur des générations futures.

Nous subissons le capitalisme que l'on peut définir comme la théorie de l'accroissement perpétuel des richesses qui ne peut qu'induire, à terme, des situations monopoliste.. Cette situation d'une société qui tendrait vers toujours plus de concentration est un facteur d'asservissement de l'être humain, car la majorité des êtres devient proie au sens où, l'Homme n'a plus le choix, n'est plus libre de son avenir, n'est plus libre de sa condition, n'est plus libre de réussir...

Je reviendrais sur tout cela dans de prochaines notes, et notamment ce que doit-être la place des services publics et leur définition dans une société moderne et humaine.

En tous les cas, c'est pourquoi je me définis comme:

Résolument Libéral,
Résolument Anticapitaliste,
Résolument Humanisme.


Gilles PHOCAS

31/08/2008

RSA: UMP MEZE: IL FAUT TENIR BON

Je réagis à un article de mon ami Brice BLAZY sur le site hérault-tribune (www.herault-tribune.com).

Il met en cause le RSA.

On est là pour discuter alors discutons.

Ci-dessous ma réaction sur le site...

Bonjour à tous,

Brice, tu as oublié la finalité du RSA.

Bon nombre de nos compatriotes sont dans la mouise.

Et on sait que notre système social n'encourage pas forcément à une reprise du travail.

On est aux manettes et on essaie de pallier à ce problème.

Pour ma part, j'ai toujours pensé que quelqu'un qui travaille, NE DOIT EN AUCUN CAS GAGNER MOINS QUE QUELQU'UN QUI NE TRAVAILLE PAS.

C'est dans ce sens que va cette mesure.

Et si on prends 10€ par an à des personnes qui en ont placé 20 000, c'est vrai que c'est embettant...

Mais on ponctionne bien 4000 € sur des salaires de 12000€ par an.

Tous les revenus doivent payer: Ceux du capital et ceux du travail...

D'autant plus que la finalité et de remettre les gens au travail et donc de générer plus de recette et moins de dépenses à notre système social CQFD.

Nicolas SARKOZY est courageux, on le savait déjà,

Il n'est pas prisonnier de doctrine ou lobby, vous en serez, à force, convaincus.

Tous les groupes de pressions existants pourront se manifester... Comme d'habitude... Mais cette fois-ci, on y croit et on le souhaite, cette réforme ira au bout.

Gilles PHOCAS
Responsable cantonal UMP Mèze
Conseiller Municipal

14:55 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : RSA meze, politique meze, gilles phocas meze, ump meze, meze | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

21/07/2008

MEZE: Révision constitutionnelle: Le degré Zéro de la politique

7217eb13487e67c5022ba0a9f60f0ff5.jpgIl y a des moments, dans la vie d'un homme où l'on commence à douter de tout.
En ce qui me concerne, je crois toujours au bien et au bon côté des personnes, qu'elles aient ou non les mêmes orientations que moi.

La révision constitutionnelle est l'occasion pour moi de désespérer du personnel politique.

Que voit-on:
On voit des personnes, notamment les députés et sénateurs de Gauche, qui ont demandé à corps et à cris:
- Que le Président ne puissent pas se représenter plus d'une fois,
- Que le temps de parole du président soit comptabilisé par le CSA
- Que l'on puisse constituer un groupe parlementaire avec seulement 15 membres

On voit des personnes, notamment des députés et sénateurs "centristes" qui fustigent, je cite, "les paillassons qui vont voter pour",

On voit aussi, une poignée de députés ou sénateurs UMP qui ont trouvé là, l'occasion de faire entendre leur voix et encore et toujours de discréditer le Président. C'est vrai, qu'avec l'entraînement qu'ils ont, ils sont au point...

Eh bien, on sait aujourd'hui que cela va se jouer à peu:

Ils seront donc fiers, tous ces soit-disants représentants du peuple, lorsqu'ils auront encore une fois fait capoter une avancée démocratique pour notre pays, uniquement pour des considérations stratégiques et politiciennes.

Un cadre du PS me disait hier que, "cette révision constitutionnelle aurait été votée avec un grand enthousiasme si elle émanait ... du PS". Mais c'est l'occasion rêvée pour discréditer Sarko!

Et puis, c'est l'occasion de se venger de LANG qui les empoisonne depuis quelques temps...

Un sondage évoque un plébiscite de plus de 80% de français qui sont favorables à cette révision.

Le Président a fait des concessions pour une révision présente pourtant dans son programme électoral.

Félicitations donc aux parlementaires qui réussiront à faire capoter une véritable avancée pour la modernisation de notre pays.

ILS SERONT FIERS CE SOIR!

Enfin, pas de catastrophisme non plus, car je crois encore à un sursaut, à UNE CONSCIENCE, j'espère qu'au moment de voter, certains se rappelleront, peut-être, de ce qu'est l'INTERET GENERAL... et de leur rôle dans le magnifique palais de Versailles.

Gilles PHOCAS

Remarque: Quelle constance, ces derniers temps au PS: Stratégie, stratégie, stratégie... Bizarre qu'ils n'aient pas peur de se faire cambrioler puisque c'est le sort de ceux qui s'opposent à Sarko semble-t-il...

18/05/2008

Courrier de Christian JEANJEAN: La solidarité et les relations humaines en politique

Un courrier qui m'a fait chaud au coeur:

5958ca633ba9c645e4b5640cda114e68.jpg


http://www.gillesphocas.fr

http://www.citoyens-meze.com

http://www.umpmeze.com

29/04/2008

Ma biographie express

Lorsque l'on sollicite les suffrages de ses concitoyens, la moindre des choses et de se présenter avec sincérité... Vous trouverez donc ci-dessous ma biographie en l'espérant la plus complète possible.

medium_gilles_parcs_rect.jpg« Gilles PHOCAS est né le 09 Aout1970 à Montpellier de parents commerçants.
Une scolarité sans histoires le mènera à la faculté de sciences économiques de Montpellier.
Du côté maternel, des femmes et des hommes de gauche et d’extrême gauche, du côté paternel un traditionalisme de droite, ce qui lui a appris à écouter, comprendre et synthétiser tous les avis.
Passionné de lecture et d’écriture, aimant la politique mais détestant la façon dont elle est pratiquée depuis 30 ans, soucieux de l’environnement, il s’inscrit à 21 ans aux Verts. Il y restera 6 mois, à cause de l’annexion des Verts par le Parti Socialiste.
Il restera quelques temps sans étiquette et consacrera son temps à sa famille, à son entreprise et sera éducateur sportif à Marseillan et à Mèze depuis 1992.

Christine lui donnera deux beaux enfants, Paul et Emilie en 1999 et 2001.
Il adhère à Démocratie Libérale en 2001 pour les orientations économiques de ce mouvement, et intègre l’UMP à sa création.
Il est élu au comité départemental et au comité de circonscription dont il est le porte-parole de 2004 à 2006.
En 2002, il est suppléant d’un candidat CAP 21 au premier tour des législatives.
A Mèze, en Janvier 2003, il est numéro deux sur la liste de l’UDF Gwénaël LECLERE, lui permettant d’avoir ainsi le soutien de l’UMP et de Cap 21. Cette liste obtiendra 47% au deuxième tour des municipales. Hélas, les atermoiements chroniques et les méthodes employées par M. LECLERE auront vite raison de leur collaboration. Gilles PHOCAS quitte l’association Démocratie Mézoise en décembre 2004.
Il crée début 2005, l’association « Citoyens de Mèze et du Bassin de Thau » ainsi qu’un organe de communication papier et un site Internet www.citoyens-meze.com. Toujours conseiller municipaI, Gilles mène une action ininterrompue pour assainir la vie politique mézoise.
Sa philosophie pourrait se résumer au texte « if » de Kipling.
Côté professionnel, Gilles PHOCAS, à sa sortie de la faculté se verra confier la gestion de plusieurs établissements sur la côte d’azur, puis travaillera quelques semaines à la BNP.
Ne trouvant pas l’épanouissement attendu dans ces activités, il décide de créer une entreprise individuelle qu’il transformera en Sarl en 1999. En 2001, il crée une filiale pour séparer les deux activités principales de la société. Hélas, un problème d’ordre familial fera qu’il demandera au tribunal la liquidation de ces deux sociétés deux ans plus tard. Entre temps, des dizaines d’emplois ont été créés, de nombreux jeunes (parmi eux quelques Mézois) ont pu ainsi apprendre un métier et ont tous une situation aujourd’hui. Pugnace, Gilles PHOCAS, gère aujourd’hui 3 sociétés qu’il a créées, dont une société de conseil pour la gestion et les affaires… "