Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

19/03/2014

MEZE: D'UNE PRISE DE CONSCIENCE COLLECTIVE ET D'UNE PRISE DE RESPONSABILITE DES CITOYENS DEPENDRA L'AVENIR DE MEZE

affiche de campagne2.pngVoilà, la campagne du premier tour des élections municipales s'achève..

Bien sûr, comme dans toute campagne, il y a de la tension, et bien sûr comme dans toute campagne, certaines divergences de vues sont exacerbées..

Mais, beaucoup de choses ont toutefois été dites à cette occasion..

Le voile a été levé sur certaines dérives que les 37 ans passés par la majorité actuelle aux manettes de la mairie et du territoire ont occasionnées..

Des arrangements entre amis, légaux ou non, mais immoraux à coup sûr lorsque l'on défend des valeurs comme l'égalité entre les citoyens par exemple ont étés mis à jour.

Une situation financière municipale fragile (dette presque doublée en 10 ans de mandat de Monsieur FRICOU, source ministère des finances).

Un sentiment d'être intouchable, donc, qui a conduit jusqu'à recevoir les doléances des nouveaux Mézois avec un mépris indigne d'un élu..

On le voit dans cette campagne, à part les idées piquées dans le programme du voisin, ces élus à bout de souffle n'en ont plus aucune d'originales..

Contrairement à notre programme, la liste du Maire sortant, à part l'accroissement continu de la population boosté par l'abandon des leviers d'urbanisme aux mains de promoteurs montpeliérains, ne propose rien de passionnant.

A la lecture du programme du maire sortant, on reste sur notre faim:

- aucune solution pour proposer des terrains moins chers aux jeunes,

- aucune solution pour attirer des entreprises à Mèze,

- aucune solution pour baisser les impôts locaux,

- aucune solution pour désendetter la commune,

- aucune solution pour reprendre la main sur la politique d'urbanisme laissée actuellement entre les mains de promoteurs montpelliérains,

- aucune solution pour régler les problèmes de racket, de drogue autour du collège et en coeur de ville,

- aucune proposition concrète tendant à développer le commerce local,

- aucune proposition précise sur la politique culturelle de la ville,

- aucune proposition en direction du personnel municipal,

- aucune proposition envers les métiers de l'étang, pas un mot sur le pluvial!,

- rien à destination des habitants de la cité Frédéric Mistral,

Et bien sûr, et on s'en doutait, aucun engagement sur l'éthique en politique et la transparence dans la gestion des affaires municipales..

En face de cela, vous avez reçu, ou vous êtes en train de recevoir notre programme dans vos boîtes à lettres...

Je ne vais pas bouder mon plaisir: C'est une très grande fierté pour moi d'avoir pu élaborer, grâce au travail de mon équipe dans les ateliers, un tel outil qui permette en même temps de répondre aux besoins de la population, de baisser les impôts locaux et de baisser l'endettement de la commune..

En effet, le chiffrage de ce programme, nous permettrait de dégager 6 à 8 millions d'euros sur le mandat pour l'affecter à la baisse de l'endettement..

C'est à dire que le poids de nos actions, ne handicapera pas les marges de manoeuvres de nos successeurs, c'est à dire nos enfants.

J'aurais d'ailleurs l'honneur de présenter ce programme aux Mézoises et aux Mézois, le samedi 22 mars à 18h30 au foyer municipal de Mèze...

Nous vous y attendons nombreux, et comptons sur votre mobilisation, lors du premier tour de scrutin, le dimanche 23 mars 2014.

On le sent, la prise de conscience que l'alternance est nécessaire, est présente dans la population.

Je serais toujours, quoiqu'il arrive, à votre service.

Gilles PHOCAS

 

04/10/2013

MEZE: POURQUOI J'AI PORTE PLAINTE CONTRE X

J'ai pris connaissance au début de l'été 2013 d'une transaction immobilière, au bénéfice d'Henry FRICOU qui ne me paraissait pas être passée au prix du marché..

La décision de porter plainte contre x n'est pas une décision anodine...

Mais mon rôle d'élu, AINSI QUE LA LOI, m'obligeaient, à partir du moment où j'avais constaté que des faits susceptible d'être qualifiés de délictuels avaient été perpétrés dans la commune, à saisir le procureur de la république de Montpellier ce que j'ai fait..

C'est la justice désormais qui sera chargée, si le procureur le décide, de faire la lumière sur cette affaire, car des questions restent en suspens.

J'ai considéré que 30€ le m2 pour un terrain constructible à Mèze (prix du marché de l'époque 300 à 350€ selon le maire lui-même en conseil municipal) alors que les Mézois, jeunes et moins jeunes sont obligés de s'expatrier pour pouvoir faire construire n'était pas correct surtout quand on est le premier magistrat de la commune..

Les conditions dans lesquelles la vente, puis les documents d'urbanisme ont été rédigés ne semblent pas non plus des plus claires..

J'informerais de toute façon, les Mézoises et les Mézois sur les aspects factuels de cette affaire dans les jours et les mois à venir..

En attendant, veuillez prendre connaissance de ce qui suit : l'alinéa 2 de l'article 40 du code de procédure pénale modifié par la Loi n° 2004-204 du 9 mars 2004 - art. 74 JORF 10 mars 2004 dispose que « (...) Toute autorité constituée, tout officier public ou fonctionnaire qui, dans l'exercice de ses fonctions, acquiert la connaissance d'un crime ou d'un délit est tenu d'en donner avis sans délai au procureur de la République et de transmettre à ce magistrat tous les renseignements, procès-verbaux et actes qui y sont relatifs. »

J'ai par conséquent appliqué simplement la loi en saisissant le procureur de la république...

Je laisse les Mézois juger de ce qui est le plus abject: Porter plainte à la découverte de faits douteux, même à 6 mois des élections, ou solliciter un notaire de Nantes pour signer un acte de vente 15 jours avant les élections municipales de 2008?

21/06/2013

MEZE: LETTRE OUVERTE A HENRY FRICOU

A l'occasion du conseil municipal du 20 juin, j'avais préparé des questions et des propositions.

Conformément aux termes du règlement intérieur du conseil municipal REDIGE PAR HENRY FRICOU, j'ai transmis dans les délais ces questions qui portaient sur le port (attribution des anneaux et ramassage des ordures ménagères, la police municipale, le stationnement aux logements de la cavalerie, et enfin une question sur la gestion d'un agent...

Visiblement paniqué, Le Maire m'a répondu.. qu'il ne répondrait pas à mes questions en séance publique...

Vous trouverez ci-dessous, la lettre ouverte que je lui adresse.

lettre ouverte fricou question div 20062013001.jpg

lettre ouverte fricou question div 20062013002.jpg

lettre ouverte fricou question div 20062013003.jpg

En séance publique, Monsieur Le Maire m'a renouvelé son souhait de voir ses problèmes abordés uniquement lors d'une discussion privée..

Je lui ai répondu que le débat public devait avoir lieu au conseil municipal et non dans son bureau...

03/01/2012

MES VOEUX POUR 2012...

Evidemment, les années défilent et la plupart du temps les voeux de l'année précédente restent valables, et donc sont renouvelés....

Je vais donc essayer de ne pas répéter ceux de l'année dernière et faire plus court...

L'an dernier, j'avais formulé des voeux pour plus de tolérance, d'écoute et de respect des uns envers les autres..

Ce souhait est évidemment toujours d'actualité...

La crise économique que nous traversons, la crise de confiance qui est palpable notamment de la part de la population envers nos élus de tous bords, n'incite pas à l'optimisme.

Sans une nouvelle manière de diriger le pays ou nos collectivités locales, cette confiance ne sera pas restaurée et c'est tout un pan de notre organisation humaine qui est mise à mal..

Les peuples ne se relèvent que lorsqu'ils sont unis, que lorsqu'ils ont confiance en leurs responsables... Aujourd'hui on en est loin, et cet élan collectif qui devrait nous animer nous semble inaccessible.

Pour restaurer la confiance, il faudrait plus de transparence sur la gestion de nos villes et de nos collectivités...

Au lieu de cela, on masque par des campagnes de communication indécentes et couteuses, des décisions importantes, mais dont je doute que le citoyen de base les approuverait...

La suspicion s'installe donc, et même les bonnes décisions semblent à l'arrivée suspectes.

Ce constat m'emmène donc à faire un souhait sincère, important pour cette année d'élections pour notre pays qui va devoir continuer à affronter une crise dont la gravité n'est peut-être pas encore totalement mesurée.

Ce souhait, c'est celui d'un véritable changement dans la façon de diriger, dans la façon de faire de la politique...

Arrêter la cuisine nauséabonde, arrêter la mauvaise foi, arrêter la méchanceté gratuite, mais dire la vérité, reconnaitre ses erreurs et reconnaitre aussi ce qui est fait de bien par les autres....

Voilà je crois que cette phrase résume les valeurs auxquelles je fais encore appel: Je le répète: Tolérance, respect, tranparence: Tolérance des idées et des actions des autres, Respect des femmes et des hommes mais aussi des deniers publics, Transparence dans la prise de décision et dans la gestion...

Certains voient la vérité comme un ennemi... Ceux qui dévoilent des faits réels, que d'autres souhaiteraient garder cachés, ne sont pas des ennemis de la démocratie, ils en sont au contraire la respiration, le souffle, le rythme et l'effort qui lui donne son impulsion... seule la vérité permet d'avancer, seule la vérité permet de corriger ses erreurs, seule la vérité permet de perfectionner nos institutions...

Les heures les plus sombres de notre monde ont été celles de l'obscurantisme... des époques où l'on faisait taire les livres, les artistes, les écrivains et les chercheurs... On avait cependant les moyens de les faire parler...

Au-delà de cela, je vous souhaite bien sûr, à toutes et à tous une excellente années 2012, dans vos familles... Que la santé soit bonne pour tous, et que votre quotidien soit meilleur...

Cette paix dans les familles avec une amélioration de l'ordinaire, je vous la souhaite à tous..

Et à mon modeste niveau, je continuerai à agir dans mes divers domaines pour que ces voeux se réalisent...

BONNE ET JOYEUSE ANNEE 2012

Gilles PHOCAS

 

27/01/2011

MEZE: COMMUNIQUE TRANSMIS A LA PRESSE CONCERNANT LES VOEUX POLITIQUES DU DIRECTEUR GENERAL DES SERVICES

Suite aux voeux politiques formulés par le DGS lors de la cérémonie des voeux au personnel municipal, et ce pour la deuxième année, je me suis permis de transmettre le communiqué suivant à la presse:

"Comme l'an dernier, lors des voeux au personnel municipal, le directeur général des services de la ville de Mèze, n'a axé la quasi totalité de son intervention que sur une critique de la politique du gouvernement.

 
L'an dernier, j'avais écrit à Monsieur le Maire pour l'alerter sur cette dérive que je trouve tout à fait inacceptable... Celui-ci n'avait pas daigné me répondre.
 
Je considère que le Directeur général des services n'a pas à faire de politique dans l'exercice de ses fonctions de salarié de la commune au service de TOUS les contribuables de celle-ci.
 
Faire de la politique est le role des élus, celui de Monsieur COULET est celui d'organiser les services municipaux et de les diriger dans le but de faire appliquer la politique décidée par les élus.
 
Qu'il ait raison ou non sur le fonds de son intervention n'y change rien (on peut être d'accord avec ses propos), mais ce n'est pas son rôle.
 
Celui-ci a stigmatisé la politique gouvernementale et ses "attaques contre les droits des fonctionnaires"... Il est d'autant moins fondé à tenir ce discours que les litiges salarials de la commune se multiplient et enflent au point que la facture risque de se chiffrer à plusieurs centaines de milliers d'euros à la charge du contribuable Mézois pour justement des manquement à des droits élémentaires de certains fonctionnaires municipaux.
 
De plus, il apparait que la restructuration des services municipaux ne se fait pas sans grincements et couacs dans la ville de Mèze, il me parait donc utile de rappeler à M. COULET, qui bénéficie tout de même d'une villa de fonction et d'un véhicule de fonction à un peu plus de retenue dans ses interventions.
 
M. Coulet n'étant donc pas le mieux placé pour parler de respect du statut des fonctionnaires,
 
Par conséquent, si je peux me permettre un dernier voeux pour les années à venir: je souhaite que notre DGS choisisse entre son poste actuel et celui de porte-parole de l'opposition parlementaire."
 
Gilles PHOCAS
06-09-58-90-95

04/01/2011

VOEUX 2011 DE GILLES PHOCAS, Conseiller Municipal de la Ville de Mèze

Chères amies, chers amis,

Le compteur tourne encore, et là c'est sûr, c'est un fait contre lequel on ne peut rien...

Comme chaque année, c'est donc l'occasion pour moi de vous formuler mes voeux pour cette nouvelle année, que je souhaite la meilleure pour chacun d'entre vous.

Encore une fois, on peut dire que l'année passée a eu son lot de catastrophes Internationales, nationales ou locales, avec pour ce qui  nous concerne à Mèze, les incendies du 30 aout 2010 dont on parle encore aujourdhui dans la presse.

Au niveau national: Des réformes difficiles mais indispensables sont passées, et il faudra certainement y revenir dans quelques années, notamment sur les retraites.

Pour 2011, mon inquiétude grandit face à la défiance croissante que la population exprime contre l'Europe et surtout l'Euro. J'avais évoqué, dans des voeux précédent ma désapprobation, face aux trop nombreux politiques (de droite comme de gauche), qui, pour fuir leurs responsabilités d'élus rejetaient souvent la faute sur l'Europe. Cette démagogie a amené bon nombre de nos concitoyens à croire que tous leurs maux venaient de l'Europe.

Aujourd'hui, et malgré le fait que ce que je dis là va à l'encontre de l'opinion générale, je crois qu'il est du devoir d'élu responsable et sincère de défendre l'Europe et surtout rappeler les vertues de l'Euro.

Ainsi, sans l'Euro, il faut être conscient que nous paierions nos carburants aujourd'hui à plus de 2 euros le litre à la pompe... Y êtes vous prêts?

Ainsi, sans l'Euro, et ceci va à l'encontre de tout ce que disent certains élus qui surfent sur les peurs et les réflexes simplistes, nous aurions mécaniquement une balance commerciale encore plus déficitaire et donc à l'appauvrissement de chaque citoyen français. Car si l'euro était un si insurmontable obstacle aux exportations, comment expliquer que l'Allemagne obtienne de si bons résultats avec une balance excédentaire. Nos problèmes d'exportation ne sont pas dus à notre monnaie mais à la structure même de notre tissu économique.

Les tenants de la sortie de l'Euro invoquent leur volontée de pouvoir DEVALUER notre monnaie, toujours dans cette optique de favoriser les exportations: Savez-vous ce que cela signifie pour chacun d'entre-nous? Par exemple, si nous dévaluons notre monnaie de 20%, cela signifie que mécaniquement chacun d'entre nous s'appauvrit, à la seconde même de 20% de tout ce que nous possédons en france, cela signifie que tous les produits que nous importons augmentent de 20%. Cela signifie plus de chomage, plus d'inflation (nous ne sommes pas un pays producteur de matières premières donc même les produits fabriqués en France augmenteraient très fortement). Y êtes vous prêts?

On a vécu dans le passé bon nombre de dévaluations avant la création de l'Euro, et à chaque fois cela s'est très mal fini...

Je considère donc que si l'Europe est notre armure (elle nous a amené la paix, c'est indiscutable), l'euro est notre bouclier. Un bouclier dans un monde où nous dépendons de tous les autres et où les autres dépendent aussi de nous..

Alors bien sûr, ce qu'on peut regretter, c'est que cette monnaie unique ait précédé la création toujours indispensable d'une vraie Europe politique, fiscale et sociale. Je suis persuadé que cela se fera, à petits pas peut-être, mais cela se fera sous peine de dériver vers un certains chaos de nos sociétés.

Mon message, et ma prise de position heurtera peut-être certains qui ne sont pas de mon avis, en gênera peut-être d'autres qui s'attendaient à d'autres voeux, mais si je me permets de vous le soumettre, c'est qu'il me tient à coeur et me parait important. C'est aussi parce que je crois que le rôle d'un élu n'est pas toujours de courir après les idées sur lesquelles tout le monde est d'accord, mais au contraire défendre, s'il en est convaincu, une idée même quand la majorité n'est pas de son avis.

Au niveau local: Je souhaite que notre belle ville de Mèze continue à défendre ses particularités, son patrimoine et ses traditions. Que chacune et chacun, s'y sentent bien et y trouve tout ce que l'on peut espérer d'une commune littorale de plus de 10 000 habitants en terme de commodités, d'infrastructures et de services.

Bien que hors de la majorité municipale, je considère qu'il est de mon devoir, tantôt d'aider les élus qui tiennent le manche, tantôt de leur faire savoir et de faire savoir à la population quand ceux-ci dérapent ou ne prennent pas les bonnes décisions dans l'intérêt de Mèze et des Mézois.

Je souhaite donc pouvoir continuer ce modeste travail, puisque je suis un élu du peuple.

Je remercie tous ceux qui m'ont aidé dans ma tâche en 2010, soit physiquement, soit par leurs messages et informations de leur vie de tous les jours, et j'aurais bien sûr besoin de leur aide en 2011.

Parfois seul contre 28 au conseil municipal, je sais que je ne le suis pas dans la population tant le nombre de témoignages de sympathie et d'encouragements que je reçois de votre part lorsque je me déplace dans la ville est croissant.

C'est pourquoi, en 2011, je continuerai mon travail, en restant comme toujours fidèle à ce que je suis, à l'écoute mais ferme sur mes convictions, disponible pour ce qui me semble juste en laissant le monopole de l'invective, du clanisme ou de la moquerie à deux balles à certains orfèvres en la matière.

Je vous souhaite donc, à toutes et à tous, une excellente année 2011. Que chacun d'entre vous et que chacun de vos proches aient une bonne santé, c'est là l'essentiel.

Pour le superflu, et le reste de vos projets, je vous souhaite qu'ils se réalisent.

Je remercie ceux qui ont lu l'intégralité de ce texte, et j'excuse par avance ceux qui ne l'ont pas fait (je les comprends). 

A votre service

Gilles PHOCAS

06-09-58-90-95

14/10/2010

MEZE: BULLETIN MUNICIPAL DE NOVEMBRE

gillesfr3.jpgMa dernière tribune libre ayant été censuré sur le précédent bulletin municipal, voici le texte que je transmet ce jour, pour le bulletin municipal à paraitre en Novembre.

J'espère que cette fois-ci, Monsieur Le Maire ne rédigera que son côté de la page...

"A quoi cela sert-il de se creuser la tête pour rédiger une tribune, si c’est pour être illégalement censuré par Monsieur FRICOU? Ce fut le cas sur le précédent bulletin municipal. Par conséquent, je vous invite à consulter le site Internet suivant si vous souhaitez être informés sur la vie de votre commune : WWW.VILLE-MEZE.COM

Gilles PHOCAS, conseiller municipal, gillesphocas@aol.com, 06-09-58-90-95 "

 

19:23 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : henry fricou, gilles phocas, conseil municipal meze, censure | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

06/10/2008

REFLEXIONS SUR LA CRISE ACTUELLE

krach.jpgLIBERAL, ANTICAPITALISTE et HUMANISTE...

Disons le de suite, oui, il s'agit d'une crise grave et comparable à celle de 1929 dont l'économie gardera plusieurs séquelles et ce pendant plusieurs années.

Les similitudes sont nombreuses et sans être exhaustif, nous pouvons parler de la source géographique, encore une fois les Etats-Unis; des symptômes, encore une fois une implosion de la bulle financière et du système bancaire; et des conséquences sur l'économie réelle qui semble s'orienter vers une récession économique.

Tout d'abord plusieurs remarques:

1- Cette crise n'est pas gérée par nos politiques comme celle de 1929,
2- Ce n'est pas une crise du modèle libéral mais du capitalisme comme on l'a laissé se fourvoyer depuis de nombreuses années,
3- Si l'économie connait des fluctuations cycliques, c'est que lorsque l'on arrive à certaines limites d'une surévaluation de la sphère financière par rapport à l'économie réelle: La bulle se dégonfle et le système se purge.

En 29, les conséquences sociales de la crise ont été très grave avec tous les effets induits par une certaine inaction (ou panique) des politiques de l'époque. Aujourd'hui, c'est tout différent, les dirigeants du monde occidental prennent le taureau par les cornes et interviennent pour réamorcer le système et le "réguler".
Je continue de penser que nous ne vivons pas dans un monde libéral mais un monde ultracapitaliste que les élites protègent. Pas un monde libéral car, si l'on se réfère aux travaux des théoriciens libéraux, le marché doit être effectivement la pierre angulaire du fonctionnement du système, car c'est lui qui détermine les grands équilibres MAIS la puissance publique, au travers de ses missions régaliennes, doit réguler en évitant impérativement tout concentrationnisme qui mène à des situations de monopole ou collusion entre groupes ce qui revient au même.

Au contraire, l'Etat a négligé voire abandonné ses fonctions régaliennes (sécurité, régulation des marchés...), il a même perdu la fonction de battre monnaie puisque c'est maintenant une entité indépendante des Etats qui définit les taux d'intérêts. C'est pourquoi je maintiens que ce n'est pas une crise du modèle libéral.

Le Général de Gaulle voulait un Etat fort et il avait raison. J'ajouterais un Etat fort qui assumerait ses fonctions régaliennes, chargé du respect des règles du jeu, chargé de faire que la liberté de réussir, l'égalité des chances, que la fraternité dans les épreuves collectives soient assurées, chargé d'offrir et de permettre des perspectives d'avenir humaines pour tout un chacun. Dans cette mission de police l'Etat a aussi négligé l'aspect environnemental du développement de nos sociétés alors qu'il aurait du agir dès l'origine en protecteur des générations futures.

Nous subissons le capitalisme que l'on peut définir comme la théorie de l'accroissement perpétuel des richesses qui ne peut qu'induire, à terme, des situations monopoliste.. Cette situation d'une société qui tendrait vers toujours plus de concentration est un facteur d'asservissement de l'être humain, car la majorité des êtres devient proie au sens où, l'Homme n'a plus le choix, n'est plus libre de son avenir, n'est plus libre de sa condition, n'est plus libre de réussir...

Je reviendrais sur tout cela dans de prochaines notes, et notamment ce que doit-être la place des services publics et leur définition dans une société moderne et humaine.

En tous les cas, c'est pourquoi je me définis comme:

Résolument Libéral,
Résolument Anticapitaliste,
Résolument Humanisme.


Gilles PHOCAS

18/05/2008

Courrier de Christian JEANJEAN: La solidarité et les relations humaines en politique

Un courrier qui m'a fait chaud au coeur:

5958ca633ba9c645e4b5640cda114e68.jpg


http://www.gillesphocas.fr

http://www.citoyens-meze.com

http://www.umpmeze.com

29/04/2008

La philosophie qui me suit depuis ma naissance, et qui m'accompagnera jusqu'à la fin...

Dès mon retour de la maternité, en aout 1970, mes parents avaient accroché au mur de ma chambre ce très beau poème de Kipling. Depuis, il me suit...


Si..... ________________________________________
Si tu peux voir détruit l'ouvrage de ta vie
Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir,
Ou perdre d'un seul coup le gain de cent parties
Sans un geste et sans un soupir;
Si tu peux être amant sans être fou d'amour,
Si tu peux être fort sans cesser d'être tendre
Et, te sentant haï, sans haïr à ton tour,
Pourtant lutter et te défendre;


Si tu peux supporter d'entendre tes paroles
Travesties par des gueux pour exciter des sots,
Et d'entendre mentir sur toi leurs bouches folles
Sans mentir toi-même d'un seul mot;
Si tu peux rester digne en étant populaire,
Si tu peux rester peuple en conseillant les rois
Et si tu peux aimer tous tes amis en frère
Sans qu'aucun d'eux soit tout pour toi;


Si tu sais méditer, observer et connaître
Sans jamais devenir sceptique ou destructeur;
Rêver, mais sans laisser le rêve être ton maître,
Penser sans n'être qu'un penseur;
Si tu peux être dur sans jamais être en rage,
Si tu peux être brave et jamais imprudent;
Si tu sais être bon, si tu sais être sage
Sans être moral ni pédant;


Si tu peux rencontrer Triomphe après Défaite
Et recevoir ces deux menteurs d'un même front,
Si tu peux conserver ton courage et ta tête
Quand tous les autres les perdront,
Alors les Rois, les Dieux, la Chance et la Victoire
Seront à tout jamais tes esclaves soumis
Et, ce qui vaut bien mieux que les Rois et la Gloire,
Tu seras un homme, mon fils.


Rudyard Kipling

16:15 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gilles phocas, meze, phocas meze | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |