Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

09/06/2017

MON INTERVENTION A MEZE LE 8/06/2017

Je vous présente Michel Grèverie, mon suppléant qui est un homme de terrain comme moi et qui va vous dire quelques mots

Je remercie aussi toute mon équipe de campagne pour le travail de titan abattu avec comme cheville ouvrière Stéphanie.

 En étant présents ce soir vous manifestez votre intérêt pour votre circonscription , et bien sûr pour votre pays.

 

Quel est le rôle du député ?

Son rôle, c’est de représenter la population française,

Qu’il interpelle, ou qu’il propose,

Qu’il dise oui ou  non aux propositions de lois qui lui sont présentées

Le parlement d’une manière générale, et l’assemblée en particulier, c’est ce que l’on appelle la représentation nationale. 

Cette expression n’est pas anodine.

Dans cette assemblée, il doit y avoir un panel de sensibilité, un panel de profils comme on le retrouve dans la population française.

 

Par conséquent, il est nécessaire que les électeurs envoient à l’assemblée, non un député pour donner une majorité à un président fraichement élu ;

mais plutôt un député qui défendra leurs idées, qui tout simplement les représentera

 

C’est seulement dans ces conditions que l’esprit de nos institutions démocratique sera respecté

 

Et que le vrai débat aura lieu

 

Donner une majorité, c’est créer une chambre d’enregistrement ou la majorité vote pour, quel que soit le projet.

 

On l’a bien vu dans la précédente mandature, où, parce que le député avait l’étiquette du gouvernement, il a voté pour un tas de lois scélérates :

Suppression des heures supplémentaires défiscalisées,

suppression des peines plancher,

lois Taubira,

 loi El Khomri,

 gestion de la taxe carbone,

Défendons nos idées, défendons notre territoire,

Le député est à même de le faire,

Il en sera d’autant plus capable, s’il a déjà prouvé qu’il était efficace et entendu dans les assemblées ou il siège déjà.

 

Tous les sujets sont transversaux et chaque décision influe sur le reste de la société

Ici, dans cette circonscription que je connais comme ma poche, nous sommes dans un secteur économiquement sinistré,

 

Vous comprendrez donc que nos propositions avec Michel  s’orientent vers l’activité économique qu’il faut à tout prix relancer.

 

Et cela passe évidemment par une politique dont l’entreprise est la pierre angulaire,

 

Ce sont nos TPE et PME qui créent des emplois,

ce sont elles qui investissent,

ce sont elles qui paient le plus d’impôts, plus encore que les grosses boites…

Et elles ont l’avantage d’être à taille humaine

Malheureusement, si le président Hollande leur avait bien promis un « choc de simplification administrative », 

pour ce qui est des chocs, elles ont été servies, mais en ce qui concerne la simplification, elles attendent encore.

 

Par conséquent, il faut mettre en application les paroles et nous serons vigilants sur la mise en œuvre d’une réelle simplification.

 

 Qui dit formalités, dit normes, qui dit normes dit Europe : Nous proposerons un principe simple :

 La non sur-transposition des normes européennes au niveau national..

 

Nous proposons aussi l’exonération d’impôt sur les sociétés pour les bénéfices qui ne sont pas distribués aux actionnaires :

1 c’est une mesure de meilleure redistribution des richesses, puisqu’une partie de ce qui reste à l’entreprise va aller aux salaires,

On voit bien aujourd’hui qu’il y a une tendance au détriment des revenus du travail

 2 c’est une mesure qui permettrait de relancer l’investissement et donc c’est une mesure facteur d’emploi,

3 je pense que nos petites entreprises et nos PME y trouveraient une meilleure motivation pour leur croissance

  1. Ce serait aussi un facteur qui favoriserait la recherche.

 

Nous proposons aussi un retour des heures supplémentaires défiscalisées

Cela a été une hérésie que de les supprimer pour la seule raison que c’était une mesure de Sarkozy

Pourtant cela améliorait le pouvoir d’achat et la compétitivité des entreprises !.

Par contre, je combattrai bec et ongles, le projet de Macron d’augmenter la CSG :

 Il faut que chacun prenne conscience d’une chose :  La CSG est une contribution universelle : Tous les revenus ont de grandes chances d’êtres amputés de 1,7 points…

Ce qui n’a jamais existé en France va arriver (comme en Espagne ou en Grèce) : La baisse des pensions de retraite et des salaires.

Malheureusement, j’ai l’impression que les médias rechignent à informer nos concitoyens sur cette mesure qui provoquera une baisse du pouvoir d’achat sans précédent

Toujours pour nos petites entreprises nous remettrons en cause le fonctionnement du RSI, et d’ailleurs de l’ensemble des caisses de retraite qui pour beaucoup ont un fonctionnement Kafkaien.

Nous proposons enfin le plafonnement de  la somme des aides sociales à 80% du smic.

Il est tout à fait inacceptable qu’aujourd’hui des personnes qui vivent à la charge de la société aient plus de revenus que des gens qui travaillent :

C’est dissuasif pour un retour à l’emploi et tout simplement immoral

Au niveau local :

Je continuerai à me battre comme je le fais depuis 15 ans pour la sectorisation de l’etang de Thau

Je me battrai aussi pour qu’enfin on assainisse les bassins versants, et qu’on arrête l’urbanisation débridée que l’on connait

Je me battrai aussi pour une sortie d’autoroute au Nord de Mèze.

 

Un sujet qui est lié à l’économie est bien celui de l’éducation et de la formation :

A l’école il faut revenir au BA BA, aux bases, et donc la priorité sera donnée à l’étude du Français, des Mathématiques, et de l’Histoire de France…

Concernant l’apprentissage,

Aujourd’hui, nous avons un certain nombre d’apprentis potentiels qui ne peuvent suivre leur formation faute de trouver une entreprise pour leur alternance.

C’est normal, aujourd’hui un apprenti revient plus cher à l’entreprise qu’un salarié formé et apte au travail

(et encore une fois je ne parle pas des normes)

L’entreprise qui embauche des apprentis a un comportement citoyen,

 elle rend un service à la société en formant nos jeunes à des métiers.

 La logique voudrait que cette implication ne lui coute rien.

Il y a aujourd’hui 32 mds€ destinés à la formation professionnelle mais qui sont captés par les syndicats par des mécanismes plus ou moins transparents. 

Il faut les redéployer vers ce projet d’apprentis à cout zéro… Et vous verrez que la situation se débloquera.

Il faudra aussi trouver les moyens de restaurer l’autorité de l’enseignant :

Des sanctions exemplaires devront être prises envers les parents qui les agressent que ce soit physiquement ou verbalement…

Concernant les élèves irrespectueux ou plus, les parents, là encore, devront assumer les conséquences des comportements de leurs enfants.

L’éducation c’est à la maison, l’instruction c’est à l’école

Concernant la sécurité : Il faut mettre fin au laxisme de toutes ces années qui nous a conduit à la situation actuelle qui est celle-ci.

Nos concitoyens voient à la télé qu’on laisse faire les voyous

Alors qu’eux sont pourchassés en tant qu’automobilistes :

Tout d’abord je pense qu’il faut arrêter d’espérer que le temps et l’opération du saint-esprit soignera les violeurs,

 les dépeceurs, les assassins d’enfants, les terroristes et les tueurs en série.

La police et la justice doivent mettre hors d’état de nuire un certains nombre de personnes :

C’est son rôle, de protéger les honnêtes gens, et de défendre les victimes.

Sur ce sujet, il faut faire simple et je ne vois que la perpétuité réelle assortie de travaux forcés pour joindre l’utile et l’économique.

 

Il me semble aussi évident qu’il faille expulser sans autre forme de procès les étrangers qui commettent des délits en France.

La France est un pays hôte, accueillant depuis toujours.

 Moi si j’invite quelqu’un chez moi et qu’il casse tout, je le vire à grands coup de pompes dans le train, et je ne vois pas qui peut me contester ce droit.

 

Vient ensuite le problème du terrorisme.

Les je suis charlie,

les vous n’aurez pas ma haine et les Padmalgam, c’est bien beau, ça part d’un bon sentiment mais ça n’a jamais rien réglé et

les familles,

les papas, les mamans, les freres, les soeurs qui ont perdu un proche, je ne crois pas que cela les console, et on pense à eux quand on voit que toutes les mesures ne sont pas prises

On regarde impuissant nos dirigeants nous dire : Le prochain coup ce sera où, ce sera quand ?

 Et chacun s’inquiète en se disant : A qui le tour ?

 

Et justement, là aussi il faut prendre des mesures préventives plus strictes envers les individus recensés radicalisés.

En effet, on s’aperçoit toujours après coup que le type était suivi, connu, fiché etc…

On ne peut pas continuer comme ça et regarder les familles des victimes en face..

Non on n’a pas tout fait

 

Concernant la solidarité et la santé :

 

On se souvient du plan cancer qui est un peu tombé aux oubliettes :

Ce fléau touche encore nos familles alors que nous devons mettre le paquet pour la recherche

et qu’enfin, comme pour certains cancers,

 le cancer du poumon, du pancréas ou d’autres commencent à reculer…

C’est évidemment des moyens financiers importants qu’il faut mobiliser.

Il faut supprimer l’aide médicale d’Etat

et réorienter ce milliard d’euro vers la recherche contre le cancer et les maladies de longue durée.

 

Pour l’accessibilité, on impose aux établissements  commerciaux accueillant du public des normes drastiques.

Pendant ce temps, les bâtiments publics (de l’Etat ou des collectivités territoriales) ont un retard effarant tout comme la voirie et les trottoirs.

 Comment l’Etat peut il exiger du privé des investissements importants alors qu’il ne se les impose pas à lui-même ?

 

Il faudra aussi créer un nouveau risque, du à la dépendance,

et donc une caisse avec son financement qui devra être dégagé sur les économies faites grâce

à  la suppression des régimes spéciaux de retraite,

 

 

Concernant l’agriculture, que l’on ne peut dissocier de l’aménagement du territoire, de la ruralité et l’environnement,

je tenais à réaffirmer le principe d’opposition à l’exploitation des gaz de schistes sur nos territoires

 

Nous souhaitons aussi favoriser les circuits courts :

Outre l’objectifs social d’un tel engagement, il y a bien sûr un objectif écologique et de maîtrise du foncier qui est sous jacent…

Nous devons  revenir à une agriculture simple, saine,

moins consommatrice de terres, d’engrais, d’eau, de produits chimiques et de produits pétroliers pour leur transport.

 

La non sur-transposition des normes européennes que j’ai évoquée tout à l’heure est bien entendu espérée depuis longtemps par nos artisans de la nature.

 

Enfin, nous proposons aussi une plus grande mutualisation dans la manière d’assurer le risque intempéries pour ceux qui travaillent en osmose avec la nature, mais qui aussi sont tributaires de ses aléas :

 

Nous proposons un système qui prend en compte l’intérêt d’avoir de petites exploitations en terme, par exemple, d’entretien du foncier , et qui reconnait cet intérêt,

et qui donc mutualise en quelque sorte avec les grosses exploitations leur cout d’assurance.

 

Bien sur donc, quand on parle économie, agriculture, sécurité, on est obligé de parler d’Europe et d’immigration :

Nous ne pouvons plus ouvrir nos espaces à tous les vents pour des raisons bien compréhensibles d’économie, de sécurité et de concurrence déloyale.

Il faut malheureusement rétablir ou établir un contrôle strict aux frontières de l’Europe qui sont aujourd’hui de vraies passoires.

Dans le même temps, il est nécessaire d’harmoniser la fiscalité et les systèmes sociaux, sinon l’Europe va exploser de l’intérieur tant la défiance des habitants va devenir grande.

Il faut donc que le France retrouve toute sa grandeur, son influence sa voix.

Et pour retrouver de l’influence,

il faut d’une part être fort économiquement,

mais il  faut aussi savoir dire non de temps en temps…

Depuis quelques années, la France ne sait que dire oui et n’est donc plus respectée par nos partenaires.

 

Pourtant, il faut agir et vite si on veut sauver ce qui peut l’être.

Un retour à une Europe plus petite avec des Partenariats avec les pays qui n’arrivent pas à se mettre à niveau mais qui y tendent me semble la seule solution.

 

 

Enfin la culture, l’art, le sport est un pan important de la réalisation de l’humain qui doit être au centre de nos préoccupations.

C’est aussi la grandeur de la France qui est en jeu sur ces Thèmes.

La France  a toujours brillé dans le monde grâce à l’art et la culture mais aussi de temps en temps grâce au sport.

La renaissance, le siècle des lumières c’est la France.

Il faut favoriser toutes ces activités humaines, ce bouillonnement intellectuel.

De l’artiste de rue à celui qui remplit des salles entières,

du portraitiste de Bouzigues à Pierre Soulages,

du footballeur du Dimanche au ballon d’or,

l’Etat doit être un facilitateur un accompagnateur de toutes ces activités… qui ne doivent pas être réservées à des élites ;

 

Ces activités, qu’elles soient sportives, culturelles, artistiques, elles sont souvent portées par des associations.

Ces associations, composées de bénévoles qui en sont le moteur, sans qui rien n’existerait, rien ne se passerait.

Pourtant, ceux-ci font bon nombre de sacrifices, financiers, professionnels, personnels, familiaux, .

Il faut donc un vrai statut du bénévole, qui permettrait par exemple d’exonérer de charges une rémunération dans la limite d’un plafond afin

de compenser tous ces sacrifices au service de l’engagement commun.

Il y a aujourd’hui des dispositifs, mais comme d’habitude ce sont des usines à gaz.

En tous les cas, la situation actuelle ne peut perdurer puisque il y a une réelle inquiétude, une instabilité sur le statut des sommes qui peuvent être versées

Il faut donc trouver un système qui permette une situation claire et sécurisante.

Sans quoi, et on le voit déjà, c’est la disparition progressive des bénévoles

 

Pour finir, un sujet d’actualité depuis 30 ans, c’est celui du rapport des élus avec l’argent public, leur exercice du pouvoir :

 

Vous savez tous que c’est un sujet qui me tient à cœur,

mes engagements successifs et mes actes successifs témoignent de cette constance que j’ai en moi

et qui me pousse à combattre les abus en tous genres.

Tout d’abord l’inéligibilité à vie pour tout élu condamné pénalement.

Cela me semble une évidence mais nous n’y sommes pas encore et on voit d’ailleurs Macron reculer sur ce sujet.

Il y a aussi le gaspillage dans les services publics :

Quand on sait aujourd’hui, que malgré les niveaux de déficits publics et de dettes,

la pratique courante des élus qui placardisent des agents parait normale aux yeux de certains,

et que les mêmes vont ensuite se plaindre du désengagement de l’Etat en terme de DGF ou autre

on croit rêver.

Toutes ces pratiques, y compris les investissements d’avant élection pour attirer le chaland doivent être à proscrire dans la loi et sévèrement sanctionnées.

Concernant les institutions et cela rejoint l’aménagement du territoire,

il faudra revenir sur la fusion des régions qui est aujourd’hui un gouffre financier au lieu d’être une source d’économies

 et qui d’autant plus éloigne le citoyen des centres de décisions.

Il faudra être aussi vigilant sur le projet de réforme territoriale Macron

qui risque encore une fois de pénaliser les territoires, les citoyens et qui va encore plus accentuer la désertification de nos villages. 

Nous nous y opposerons.

Cette désertification de nos villages, au contraire nous la combattrons.

Nous la combattrons en proposant des  systèmes de partenariat qui permettent aux commerces et aux services publics de perdurer.

La désertification de nos villages, c’est ce qu’il faut combattre à tout prix :

Notre circonscription est immense, et à priori, elle donne une impression d’hétérogénéité des problématiques, d’hétérogénéité des centres d’intérêt et d’autres choses encore.

On ne peut pas le nier.

Mais notre circonscription, elle est liée par quelque chose qui s’appelle les traditions, l’identité de nos territoires.

Regardez nos villes et nos villages :

Ils ont tous une identité très forte avec des fêtes traditionnelles, des coutumes, des chants, des danses, des légendes.

Nous sommes bien placés pour le savoir, parce que, ici, à Mèze,

c’est très fort, c’est très présent, c’est la jeunesse et les anciens qui communient ensemble et qui se passent le flambeau de génération en génération.

Et ce lien, entre nous, sur ce territoire, cette identité, il faut les défendre coute que coute, sinon ce sera notre petite mort.

Je pense que je suis la personne qui peut faire le job.

Je n’ai pas la langue dans la poche,

 je suis pugnace et pragmatique,

et je suis inachetable.

Renseignez vous auprès des gens qui me connaissent, ils vous parleront de mon caractère,

 ils vous parleront de mon engagement depuis 14 ans pour ma commune,

ils vous parleront de mon engagement depuis 25 ans pour mon club de foot

ils vous parleront de mes actes.

Pas de ce que j’ai dit ou écrit, mais bien de mes actes.

Et des actes, je crois  que pour qu’enfin on vous respecte,

c’est ce que vous attendez tous.

Je vous le rappelle, je ne suis pas en marche : Je suis en résistance !

Je n’abandonnerai jamais ce territoire,

et je n’abandonnerai jamais ses habitants

Je vous remercie

18:25 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |