Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

12/11/2012

MEZE: BULLETIN MUNICIPAL: LA CYNIQUE FANFARONNADE DE HENRY FRICOU

A l'heure où de nombreux Français en général, et des Mézois en particulier traversent des périodes très difficiles, notre Maire s'est permis de fanfaronner aux frais du contribuable dans le dernier journal municipal en s'appuyant sur une "étude" dont je n'hésite pas à qualifier les critères de "bidons"... Qualificatif que j'assume et que j'explique.

On est donc les plus beaux, on est donc les plus forts, grâce au fait que, je cite: " l'action menée par notre équipe municipale porte ses fruits"..

Monsieur le Maire nous explique dans son édito, sans rire, que Mèze est loin devant Montpellier en terme de dynamisme et de vitalité de l'emploi...

Je dois manquer de perspicacité car, selon notre cher maire et sa chère étude, "une grande surface et un hôtel sont venus compléter les équipements de la commune ces trois dernières années".! On voit bien que ceux qui ont réalisé l'étude n'ont jamais mis les pieds dans notre commune... Midi Libre s'était lui aussi interrogé avec raison sur ce point en précisnat qu'il fallait prendre cette étude avec grandes réserves.

Alors de qui se moque-t-on? Pourquoi prendre les Mézois pour des idiots?

Mais cela n'est pas le plus grave... En effet, comment ne pas être scandalisé par une telle suffisance, une telle autosatisfaction...

Faut-il avoir perdu le sens des réalités pour laisser entendre que le chômage a baissé à Mèze alors que son taux est bien plus élevé que la moyenne nationale,

Faut-il avoir perdu le sens des réalités pour affirmer que les mézois ont vu leurs revenus augmenter de manière spectaculaire! Alors que c'est l'arrivée d'une population un peu plus aisée qui fait monter cette moyenne..

Et par-dessus le marché s'accaparer la paternité de ces prétendues évolutions.

Pourraient-on avoir un peu de respect pour toutes ces familles qui n'arrivent pas à joindre les deux bouts dans notre commune?

Alors oui, c'est vrai, la commune a vu sa population bondir de près de 40% en 9 ans, et c'est un critère prépondérant retenu dans l'étude pour classer notre ville parmi les plus dynamiques... Doit-on s'en réjouir? Est-ce cela un développement "équilibré" comme le prétend Monsieur Fricou?...

En ce qui concerne les impôts locaux dans notre commune, comment notre Maire peut-il fanfaronner alors que notre commune fait partie des 1% des villes Françaises au plus fort taux de taxe foncière?

Après avoir augmenté le taux de +de 21% au lendemain des élections municipales de 2003, comment peut-il aussi indiquer que la variation des bases n'est du ressort que de l'Etat, alors que la ville, en partenariat avec les services fiscaux a mené une politique offensive de revalorisation des bases cette dernière décennie, qui vient bien sûr s'ajouter à celle automatique votée en collectif budgétaire présentée chaque année par le gouvernement...

Pour conclure, le cynisme de cette affaire est porté à son paroxysme quand on sait que la ville de Mèze a un taux d'endettement de quasiment du double du taux d'endettement moyen des villes de même taille et que la quasi totalité des dettes de la commune ont été remises entre les mains de la Banque DEXIA lorsque, acculé par les échéances, Monsieur FRICOU a dû refinancer les emprunts même anciens.. ce qui nous conduit aujourd'hui à avoir des problèmes accrus de financement de nos investissements.

Pour ma part, je pense qu'un peu plus de mesure et de modestie aurait été de mise dans cette affaire, ne serait-ce que par respect de tous les mézois qui rencontrent des difficultés au quotidien et que la politique, justement de nos élus locaux et nationaux enfonce encore plus chaque jour...

Surtout quand on est incapable de citer en deux pages dithyrambiques, une seule action de l'équipe municipale ayant permis de revitaliser le tissu économique de notre ville...

 

 

11/11/2012

MEZE: COMMUNIQUE DE PRESSE SUR LE VOTE DU SENAT CONCERNANT LA GUERRE D'ALGERIE

Veuillez trouver ci-dessous un communiqué de presse qui exprime toute ma stupéfaction concernant le vote du Sénat le 8 novembre et l'obstination empressée du pouvoir socialiste à vouloir imposer une date très contestée.

"En cette période du 11 novembre, où, pour la première fois nous commémorons tous les morts pour la France, le pouvoir socialiste, certainement en mal de sujets de préoccupation s'emploie à semer le trouble dans les rangs des associations d'anciens combattants...

Alors que les querelles concernant la date officielle de la fin de la guerre d'Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc s'étaient estompées après une loi datant du Président Chirac instaurant la date du 5 décembre,

Alors que celles et ceux qui privilégiaient le 19 mars commémoraient chaque année cette date dans le calme et le recueillement,

Les sénateurs socialistes ont fait voter le 8 novembre dans la douleur et dans la précipitation une loi instaurant le 19 mars comme: « une journée nationale du souvenir et du recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combattants en Tunisie et au Maroc ».

Pour ma part, j'ai toujours respecté les deux manifestations en tant qu'élu sensible aux choix de chacun, tout en sachant, ce qui est incontestable, que bien des morts pour la France l'ont été après le 19 mars 62, et ce, très souvent dans des conditions horribles. Ceci expliquant le fait que la date du 5 décembre soit celle de la commémoration officielle.

Le gouvernement socialiste choisit, lui, un tout autre procédé au risque de réveiller les rancoeurs, il vient mettre à mal cet équilibre qui avait été déjà si difficile à trouver...

Il semble que ceux qui reprochaient hier à l'ancien gouvernement de "cliver" font pire encore en soufflant ainsi sur des braises encore rougeoyantes.

Cette obstination, et cette précipitation, sans aucune concertation a de quoi laisser perplexe. En effet, pourquoi, alors que les sénateurs eux même avaient souhaité continuer la discussion le 20 novembre, le gouvernement a-t-il en catimini et en urgence fait adopter le texte le 8 novembre?

Il faut appeler un chat, un chat. Les socialistes, pour satisfaire une partie de leur électorat, n'hésitent pas à réveiller des vieux démons sur le dos des combattants, des rapatriés et des harkis...

Et bien sûr, par contre, la solution des vrais problèmes du pays peut bien attendre... Il faut encore que le Président de la République s'occupe de l'injonction faite à la France, par un ministre Algérien, afin que celui-ci aille s'excuser en Algérie au non de la nation..."

Gilles PHOCAS

Conseiller National UMP

Conseiller Municipal d'opposition de la Ville de Mèze

06-09-58-90-95

10/11/2012

MEZE: CONSEIL MUNICIPAL DU 15 OCTOBRE 2012: MES PRISES DE POSITIONS

En préambule de ce conseil, M. Le Maire m'a informé que je n'aurais pas le droit de poser de questions diverses échaudé par sa boulette du 25 juillet. (il m'affirmait à l'époque que la police municipale n'était pas armée alors qu'elle l'était).

Par contre, il souhaita rajouter une délibération supplémentaire de dernière minute, hors ordre du jour...

Ce grand démocrate fit référence au règlement intérieur du conseil municipal pour m'interdire de m'exprimer... Je pense qu'il devrait le relire, ce règlement intérieur, que sa majorité et lui-même ont rédigé... Ils s'apercevraient qu'ils sont les premiers à le fouler au pied (pas de proposition de formation des élus, pas de comptes rendus annuels des commissions etc...).

Après avoir voté le compte rendu du précédent conseil municipal, Henry FRICOU a évoqué les décisions prises sans l'accord de l'assemblée délibérante.

Je l'ai questionné sur le redressement URSSAF de la commune: Réponse: "Je ne peux pas vous répondre, c'est trop vieux.. On vous enverra un courrier".. J'ai eu beau expliquer que le conseil municipal et la population devaient savoir et rien n'y a fait.

Je l'ai aussi questionné sur le contentieux avec M. MORIN, il m'a expliqué que la ville avait été mise au tribunal par M. MORIN et ALLIANCE TERROIR pour l'incendie du 30 aout 2010 afin d'engager la responsabilité de la commune pour cet incendie... Les sommes réclamées à la communes sont exhorbitantes et le budget municipal ne pourraient pas les absorber

Enfin, j'ai questionné le Maire sur la désignation d'une société d'aide à la gestion (visiblement ils en ont bien besoin)... Cette société a été missionnée pour "optimiser la gestion de la dette de la commune". Cout 3910€/an.

Je me suis donc abstenu sur la question supplémentaire qui concernait l'exposition des faïences du Chateau puisque présentée en dernière minute, je n'avais pu en prendre connaissance.

J'ai voté pour la dénomination de la nouvelle salle de danse Francis JEANJEAN.

J'ai voté pour la dénomination de la promenade Dorian REMEIZE (orthographié REMEYSE dans la délibération) en me félicitant de ce choix très judicieux.

J'ai approuvé le programme d'investissement du projet handivoile/seatkite.

J'ai approuvé la demande de subvention pour le remplacement des conduits en plomb du réseau d'eau potable.

J'ai voté pour la rétrocession du réseau d'eaux usées du chemin des Costes à la CCNBT.

J'ai voté POUR, non sans questionnement de ma part et de André SOl pour la participation financière de la commune 2012 à la MLI.

J'ai voté pour une décision modificative du budget de l'eau...

J'ai voté pour la décision modificative numéro 3 concernant le budget du port mixte.

J'ai voté pour la demande de subventions concernant la programmation culturelle 2012.

J'ai voté pour la demande de subventions concernant le fonctionnement de l'Ecole de Musique et l'entretien annuel de l'orgue de l'Eglise Saint Hilaire.

J'ai voté pour l'avenant au bail de la gendarmerie et les marchés d'assurance avec CCAS dans le cadre d'un groupement de commande.

Même si j'ai voté pour, je me suis étonné des conditions de la convention avec la ville de Bouzigues pour l'utilisation de la marque BA-ba Thau. En effet, je considère qu'à partir du moment où l'on dépose une marque, on ne peut accepter de dérogation au déroulement des activités qui lui sont liées sans en altérer la valeur..

J'ai voté en faveur de la convention "présence" avec ERDF.

J'ai voté pour les modalités de gratification des stagiaires et pour la modification du tableau des effectifs.

J'ai voté pour l'attribution d'un logement de fonction pour le gardien des sesquiers.

J'ai voté pour la convention de participation pour la garantie de maintien des salaires..

Encore une fois même si j'ai voté favorablement à la convention de gestion du fonds départemental d'aide aux jeunes, j'ai fait part de mon étonnement du fait de l'absence de critère d'attribution de ces aides, en précisant que selon moi, ce n'était pas rendre service que de donner de l'argent sans projet ou sans suivi.

J'ai précisé que, ce n'était pas du social "intelligent", le social étant de donner du travail à mon avis.

Le contribuable a le droit de savoir comment sera utilisé son argent et je doute qu'il soit satisfait si cet argent était utilisé pour "acheter du shit", par exemple, pour reprendre les propos de André SOL élu de la majorité. Ce qui m'a valu de subir les foudres de M. DOULAT, adjoint aux affaires scolaires, car il considère que ce que son colistier peut dire, il me l'est interdit en tant qu'élu d'opposition.

J'ai aussi voté pour les 3 questions de portée "environnementale" concernant la protection de la lagune et de la conque..

Il m'a été rapporté ces derniers temps que certains élus de la majorité prétendent que je fais de l'opposition systématique, de l'activisme... Je vous laisse juge, au travers de mes interventions et de mes votes, de savoir QUI fait de l'opposition et de l'obstruction, QUI fait preuve d'esprit partisan et de fermeture dans ce conseil municipal.