Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

09/06/2017

MON INTERVENTION A MEZE LE 8/06/2017

Je vous présente Michel Grèverie, mon suppléant qui est un homme de terrain comme moi et qui va vous dire quelques mots

Je remercie aussi toute mon équipe de campagne pour le travail de titan abattu avec comme cheville ouvrière Stéphanie.

 En étant présents ce soir vous manifestez votre intérêt pour votre circonscription , et bien sûr pour votre pays.

 

Quel est le rôle du député ?

Son rôle, c’est de représenter la population française,

Qu’il interpelle, ou qu’il propose,

Qu’il dise oui ou  non aux propositions de lois qui lui sont présentées

Le parlement d’une manière générale, et l’assemblée en particulier, c’est ce que l’on appelle la représentation nationale. 

Cette expression n’est pas anodine.

Dans cette assemblée, il doit y avoir un panel de sensibilité, un panel de profils comme on le retrouve dans la population française.

 

Par conséquent, il est nécessaire que les électeurs envoient à l’assemblée, non un député pour donner une majorité à un président fraichement élu ;

mais plutôt un député qui défendra leurs idées, qui tout simplement les représentera

 

C’est seulement dans ces conditions que l’esprit de nos institutions démocratique sera respecté

 

Et que le vrai débat aura lieu

 

Donner une majorité, c’est créer une chambre d’enregistrement ou la majorité vote pour, quel que soit le projet.

 

On l’a bien vu dans la précédente mandature, où, parce que le député avait l’étiquette du gouvernement, il a voté pour un tas de lois scélérates :

Suppression des heures supplémentaires défiscalisées,

suppression des peines plancher,

lois Taubira,

 loi El Khomri,

 gestion de la taxe carbone,

Défendons nos idées, défendons notre territoire,

Le député est à même de le faire,

Il en sera d’autant plus capable, s’il a déjà prouvé qu’il était efficace et entendu dans les assemblées ou il siège déjà.

 

Tous les sujets sont transversaux et chaque décision influe sur le reste de la société

Ici, dans cette circonscription que je connais comme ma poche, nous sommes dans un secteur économiquement sinistré,

 

Vous comprendrez donc que nos propositions avec Michel  s’orientent vers l’activité économique qu’il faut à tout prix relancer.

 

Et cela passe évidemment par une politique dont l’entreprise est la pierre angulaire,

 

Ce sont nos TPE et PME qui créent des emplois,

ce sont elles qui investissent,

ce sont elles qui paient le plus d’impôts, plus encore que les grosses boites…

Et elles ont l’avantage d’être à taille humaine

Malheureusement, si le président Hollande leur avait bien promis un « choc de simplification administrative », 

pour ce qui est des chocs, elles ont été servies, mais en ce qui concerne la simplification, elles attendent encore.

 

Par conséquent, il faut mettre en application les paroles et nous serons vigilants sur la mise en œuvre d’une réelle simplification.

 

 Qui dit formalités, dit normes, qui dit normes dit Europe : Nous proposerons un principe simple :

 La non sur-transposition des normes européennes au niveau national..

 

Nous proposons aussi l’exonération d’impôt sur les sociétés pour les bénéfices qui ne sont pas distribués aux actionnaires :

1 c’est une mesure de meilleure redistribution des richesses, puisqu’une partie de ce qui reste à l’entreprise va aller aux salaires,

On voit bien aujourd’hui qu’il y a une tendance au détriment des revenus du travail

 2 c’est une mesure qui permettrait de relancer l’investissement et donc c’est une mesure facteur d’emploi,

3 je pense que nos petites entreprises et nos PME y trouveraient une meilleure motivation pour leur croissance

  1. Ce serait aussi un facteur qui favoriserait la recherche.

 

Nous proposons aussi un retour des heures supplémentaires défiscalisées

Cela a été une hérésie que de les supprimer pour la seule raison que c’était une mesure de Sarkozy

Pourtant cela améliorait le pouvoir d’achat et la compétitivité des entreprises !.

Par contre, je combattrai bec et ongles, le projet de Macron d’augmenter la CSG :

 Il faut que chacun prenne conscience d’une chose :  La CSG est une contribution universelle : Tous les revenus ont de grandes chances d’êtres amputés de 1,7 points…

Ce qui n’a jamais existé en France va arriver (comme en Espagne ou en Grèce) : La baisse des pensions de retraite et des salaires.

Malheureusement, j’ai l’impression que les médias rechignent à informer nos concitoyens sur cette mesure qui provoquera une baisse du pouvoir d’achat sans précédent

Toujours pour nos petites entreprises nous remettrons en cause le fonctionnement du RSI, et d’ailleurs de l’ensemble des caisses de retraite qui pour beaucoup ont un fonctionnement Kafkaien.

Nous proposons enfin le plafonnement de  la somme des aides sociales à 80% du smic.

Il est tout à fait inacceptable qu’aujourd’hui des personnes qui vivent à la charge de la société aient plus de revenus que des gens qui travaillent :

C’est dissuasif pour un retour à l’emploi et tout simplement immoral

Au niveau local :

Je continuerai à me battre comme je le fais depuis 15 ans pour la sectorisation de l’etang de Thau

Je me battrai aussi pour qu’enfin on assainisse les bassins versants, et qu’on arrête l’urbanisation débridée que l’on connait

Je me battrai aussi pour une sortie d’autoroute au Nord de Mèze.

 

Un sujet qui est lié à l’économie est bien celui de l’éducation et de la formation :

A l’école il faut revenir au BA BA, aux bases, et donc la priorité sera donnée à l’étude du Français, des Mathématiques, et de l’Histoire de France…

Concernant l’apprentissage,

Aujourd’hui, nous avons un certain nombre d’apprentis potentiels qui ne peuvent suivre leur formation faute de trouver une entreprise pour leur alternance.

C’est normal, aujourd’hui un apprenti revient plus cher à l’entreprise qu’un salarié formé et apte au travail

(et encore une fois je ne parle pas des normes)

L’entreprise qui embauche des apprentis a un comportement citoyen,

 elle rend un service à la société en formant nos jeunes à des métiers.

 La logique voudrait que cette implication ne lui coute rien.

Il y a aujourd’hui 32 mds€ destinés à la formation professionnelle mais qui sont captés par les syndicats par des mécanismes plus ou moins transparents. 

Il faut les redéployer vers ce projet d’apprentis à cout zéro… Et vous verrez que la situation se débloquera.

Il faudra aussi trouver les moyens de restaurer l’autorité de l’enseignant :

Des sanctions exemplaires devront être prises envers les parents qui les agressent que ce soit physiquement ou verbalement…

Concernant les élèves irrespectueux ou plus, les parents, là encore, devront assumer les conséquences des comportements de leurs enfants.

L’éducation c’est à la maison, l’instruction c’est à l’école

Concernant la sécurité : Il faut mettre fin au laxisme de toutes ces années qui nous a conduit à la situation actuelle qui est celle-ci.

Nos concitoyens voient à la télé qu’on laisse faire les voyous

Alors qu’eux sont pourchassés en tant qu’automobilistes :

Tout d’abord je pense qu’il faut arrêter d’espérer que le temps et l’opération du saint-esprit soignera les violeurs,

 les dépeceurs, les assassins d’enfants, les terroristes et les tueurs en série.

La police et la justice doivent mettre hors d’état de nuire un certains nombre de personnes :

C’est son rôle, de protéger les honnêtes gens, et de défendre les victimes.

Sur ce sujet, il faut faire simple et je ne vois que la perpétuité réelle assortie de travaux forcés pour joindre l’utile et l’économique.

 

Il me semble aussi évident qu’il faille expulser sans autre forme de procès les étrangers qui commettent des délits en France.

La France est un pays hôte, accueillant depuis toujours.

 Moi si j’invite quelqu’un chez moi et qu’il casse tout, je le vire à grands coup de pompes dans le train, et je ne vois pas qui peut me contester ce droit.

 

Vient ensuite le problème du terrorisme.

Les je suis charlie,

les vous n’aurez pas ma haine et les Padmalgam, c’est bien beau, ça part d’un bon sentiment mais ça n’a jamais rien réglé et

les familles,

les papas, les mamans, les freres, les soeurs qui ont perdu un proche, je ne crois pas que cela les console, et on pense à eux quand on voit que toutes les mesures ne sont pas prises

On regarde impuissant nos dirigeants nous dire : Le prochain coup ce sera où, ce sera quand ?

 Et chacun s’inquiète en se disant : A qui le tour ?

 

Et justement, là aussi il faut prendre des mesures préventives plus strictes envers les individus recensés radicalisés.

En effet, on s’aperçoit toujours après coup que le type était suivi, connu, fiché etc…

On ne peut pas continuer comme ça et regarder les familles des victimes en face..

Non on n’a pas tout fait

 

Concernant la solidarité et la santé :

 

On se souvient du plan cancer qui est un peu tombé aux oubliettes :

Ce fléau touche encore nos familles alors que nous devons mettre le paquet pour la recherche

et qu’enfin, comme pour certains cancers,

 le cancer du poumon, du pancréas ou d’autres commencent à reculer…

C’est évidemment des moyens financiers importants qu’il faut mobiliser.

Il faut supprimer l’aide médicale d’Etat

et réorienter ce milliard d’euro vers la recherche contre le cancer et les maladies de longue durée.

 

Pour l’accessibilité, on impose aux établissements  commerciaux accueillant du public des normes drastiques.

Pendant ce temps, les bâtiments publics (de l’Etat ou des collectivités territoriales) ont un retard effarant tout comme la voirie et les trottoirs.

 Comment l’Etat peut il exiger du privé des investissements importants alors qu’il ne se les impose pas à lui-même ?

 

Il faudra aussi créer un nouveau risque, du à la dépendance,

et donc une caisse avec son financement qui devra être dégagé sur les économies faites grâce

à  la suppression des régimes spéciaux de retraite,

 

 

Concernant l’agriculture, que l’on ne peut dissocier de l’aménagement du territoire, de la ruralité et l’environnement,

je tenais à réaffirmer le principe d’opposition à l’exploitation des gaz de schistes sur nos territoires

 

Nous souhaitons aussi favoriser les circuits courts :

Outre l’objectifs social d’un tel engagement, il y a bien sûr un objectif écologique et de maîtrise du foncier qui est sous jacent…

Nous devons  revenir à une agriculture simple, saine,

moins consommatrice de terres, d’engrais, d’eau, de produits chimiques et de produits pétroliers pour leur transport.

 

La non sur-transposition des normes européennes que j’ai évoquée tout à l’heure est bien entendu espérée depuis longtemps par nos artisans de la nature.

 

Enfin, nous proposons aussi une plus grande mutualisation dans la manière d’assurer le risque intempéries pour ceux qui travaillent en osmose avec la nature, mais qui aussi sont tributaires de ses aléas :

 

Nous proposons un système qui prend en compte l’intérêt d’avoir de petites exploitations en terme, par exemple, d’entretien du foncier , et qui reconnait cet intérêt,

et qui donc mutualise en quelque sorte avec les grosses exploitations leur cout d’assurance.

 

Bien sur donc, quand on parle économie, agriculture, sécurité, on est obligé de parler d’Europe et d’immigration :

Nous ne pouvons plus ouvrir nos espaces à tous les vents pour des raisons bien compréhensibles d’économie, de sécurité et de concurrence déloyale.

Il faut malheureusement rétablir ou établir un contrôle strict aux frontières de l’Europe qui sont aujourd’hui de vraies passoires.

Dans le même temps, il est nécessaire d’harmoniser la fiscalité et les systèmes sociaux, sinon l’Europe va exploser de l’intérieur tant la défiance des habitants va devenir grande.

Il faut donc que le France retrouve toute sa grandeur, son influence sa voix.

Et pour retrouver de l’influence,

il faut d’une part être fort économiquement,

mais il  faut aussi savoir dire non de temps en temps…

Depuis quelques années, la France ne sait que dire oui et n’est donc plus respectée par nos partenaires.

 

Pourtant, il faut agir et vite si on veut sauver ce qui peut l’être.

Un retour à une Europe plus petite avec des Partenariats avec les pays qui n’arrivent pas à se mettre à niveau mais qui y tendent me semble la seule solution.

 

 

Enfin la culture, l’art, le sport est un pan important de la réalisation de l’humain qui doit être au centre de nos préoccupations.

C’est aussi la grandeur de la France qui est en jeu sur ces Thèmes.

La France  a toujours brillé dans le monde grâce à l’art et la culture mais aussi de temps en temps grâce au sport.

La renaissance, le siècle des lumières c’est la France.

Il faut favoriser toutes ces activités humaines, ce bouillonnement intellectuel.

De l’artiste de rue à celui qui remplit des salles entières,

du portraitiste de Bouzigues à Pierre Soulages,

du footballeur du Dimanche au ballon d’or,

l’Etat doit être un facilitateur un accompagnateur de toutes ces activités… qui ne doivent pas être réservées à des élites ;

 

Ces activités, qu’elles soient sportives, culturelles, artistiques, elles sont souvent portées par des associations.

Ces associations, composées de bénévoles qui en sont le moteur, sans qui rien n’existerait, rien ne se passerait.

Pourtant, ceux-ci font bon nombre de sacrifices, financiers, professionnels, personnels, familiaux, .

Il faut donc un vrai statut du bénévole, qui permettrait par exemple d’exonérer de charges une rémunération dans la limite d’un plafond afin

de compenser tous ces sacrifices au service de l’engagement commun.

Il y a aujourd’hui des dispositifs, mais comme d’habitude ce sont des usines à gaz.

En tous les cas, la situation actuelle ne peut perdurer puisque il y a une réelle inquiétude, une instabilité sur le statut des sommes qui peuvent être versées

Il faut donc trouver un système qui permette une situation claire et sécurisante.

Sans quoi, et on le voit déjà, c’est la disparition progressive des bénévoles

 

Pour finir, un sujet d’actualité depuis 30 ans, c’est celui du rapport des élus avec l’argent public, leur exercice du pouvoir :

 

Vous savez tous que c’est un sujet qui me tient à cœur,

mes engagements successifs et mes actes successifs témoignent de cette constance que j’ai en moi

et qui me pousse à combattre les abus en tous genres.

Tout d’abord l’inéligibilité à vie pour tout élu condamné pénalement.

Cela me semble une évidence mais nous n’y sommes pas encore et on voit d’ailleurs Macron reculer sur ce sujet.

Il y a aussi le gaspillage dans les services publics :

Quand on sait aujourd’hui, que malgré les niveaux de déficits publics et de dettes,

la pratique courante des élus qui placardisent des agents parait normale aux yeux de certains,

et que les mêmes vont ensuite se plaindre du désengagement de l’Etat en terme de DGF ou autre

on croit rêver.

Toutes ces pratiques, y compris les investissements d’avant élection pour attirer le chaland doivent être à proscrire dans la loi et sévèrement sanctionnées.

Concernant les institutions et cela rejoint l’aménagement du territoire,

il faudra revenir sur la fusion des régions qui est aujourd’hui un gouffre financier au lieu d’être une source d’économies

 et qui d’autant plus éloigne le citoyen des centres de décisions.

Il faudra être aussi vigilant sur le projet de réforme territoriale Macron

qui risque encore une fois de pénaliser les territoires, les citoyens et qui va encore plus accentuer la désertification de nos villages. 

Nous nous y opposerons.

Cette désertification de nos villages, au contraire nous la combattrons.

Nous la combattrons en proposant des  systèmes de partenariat qui permettent aux commerces et aux services publics de perdurer.

La désertification de nos villages, c’est ce qu’il faut combattre à tout prix :

Notre circonscription est immense, et à priori, elle donne une impression d’hétérogénéité des problématiques, d’hétérogénéité des centres d’intérêt et d’autres choses encore.

On ne peut pas le nier.

Mais notre circonscription, elle est liée par quelque chose qui s’appelle les traditions, l’identité de nos territoires.

Regardez nos villes et nos villages :

Ils ont tous une identité très forte avec des fêtes traditionnelles, des coutumes, des chants, des danses, des légendes.

Nous sommes bien placés pour le savoir, parce que, ici, à Mèze,

c’est très fort, c’est très présent, c’est la jeunesse et les anciens qui communient ensemble et qui se passent le flambeau de génération en génération.

Et ce lien, entre nous, sur ce territoire, cette identité, il faut les défendre coute que coute, sinon ce sera notre petite mort.

Je pense que je suis la personne qui peut faire le job.

Je n’ai pas la langue dans la poche,

 je suis pugnace et pragmatique,

et je suis inachetable.

Renseignez vous auprès des gens qui me connaissent, ils vous parleront de mon caractère,

 ils vous parleront de mon engagement depuis 14 ans pour ma commune,

ils vous parleront de mon engagement depuis 25 ans pour mon club de foot

ils vous parleront de mes actes.

Pas de ce que j’ai dit ou écrit, mais bien de mes actes.

Et des actes, je crois  que pour qu’enfin on vous respecte,

c’est ce que vous attendez tous.

Je vous le rappelle, je ne suis pas en marche : Je suis en résistance !

Je n’abandonnerai jamais ce territoire,

et je n’abandonnerai jamais ses habitants

Je vous remercie

18:25 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

04/05/2017

VILLAGE CLUB THALASSA: COMMUNIQUE DU 28 AVRIL 2017

Communiqué de Gilles PHOCAS suite au mouvement de grève des salariés du Thalassa (communiqué transmis à la presse le 28/04, comme très souvent, seul le Midi Libre l'a censuré)

 

La tournure des évènements, suite à la volonté de vendre le Thalassa et les démarches entreprises par Henry FRICOU sur ce sujet, n’est pas pour nous rassurer.

Contre certains membres de la majorité, contre les salariés, contre certains actionnaires de la SEMABATH, la méthode bulldozer du Maire montre aujourd’hui toutes ses limites.

Avec un dossier bâclé, avec plusieurs manifestations de mépris envers le personnel à qui on a demandé de rester à sa place par courrier, en bafouant les droits de l’opposition, ce dossier (qui devait au départ être clos au 31/12/2016) ne pouvait que s’envenimer et provoquer des réactions non seulement au niveau des salariés et des élus, mais aussi dans la population toute entière, et notamment dans le tissu associatif qui a besoin de cette structure..

Il y a presque un an, j’avais qualifié cette décision en conseil municipal de « la pire de votre mandat »… Je pense qu’aujourd’hui bon nombre de gens, et le maire lui-même commencent à en être convaincus mais pas pour les mêmes raisons.

Pour sortir par le haut, Henry FRICOU devra renoncer à son projet, ou bien consulter la population par référendum local, c’est d’ailleurs ma proposition vu le niveau où on en est arrivé dans ce dossier. 

THALASSA MEZE, mèze thalassa

23/03/2017

PLU: MON INTERVENTION DU 22 MARS 2017 EN CONSEIL MUNICIPAL LORS DU VOTE SUR L'APPROBATION DU PLU

C’est un document qui va décider de ce que sera Mèze pour les générations futures, c’est donc un moment important du mandat, peut être le plus important.

 

Sa rédaction a été je m’en doute un travail de titan, et je voulais saluer l’investissement de tous ceux qui y sont impliqués, notamment Madame Lebeau et aussi le rendu du commissaire-enquêteur, qui n’a éludé aucune question, et qui prend en compte, comme beaucoup d’entités publiques, et de personnes privée, les inquiétudes que nous avons, nous les élus du « Cœur à Mèze », manifestées lors de la campagne de 2014, lors du vote du PADD et lors de l’enquête publique notamment.

 

Nous nous sommes concertés avec Yvan Garcia, et nous sommes à 100% d’accord sur ce que je vais énoncer ci-après.

Je constate avec une infinie surprise que le rapport et l’avis du commissaire- enquêteur ne sont pas joints au dossier; Pourtant ce document doit en faire partie intégrante afin que les élus puissent se déterminer en toute connaissance de cause.

Il m’a fallu donc me le procurer par un autre moyen non indiqué dans la délibération.

 

Nous constatons que sur 8 entités publiques qui ont participé à l’enquête, 4 donnent un avis favorable avec des remarques, 2 un avis favorable avec réserves, 1 un avis réservé (agence régionale de santé) et 1 un avis défavorable (la chambre d’agriculture).

 

Pour notre part, nous avions des réserves sur la fiabilité de l’objectif de 13500 habitants à l’horizon 2030, sur l’impact, en termes d’inondation sur la plaine du sesquiers de l’imperméabilisation des bassins versants, et sur l’aire de grand passage.

J’avais aussi abondé dans le sens de la commune sur le maintien de la zone U de Montmèze, et je vois que vous avez tenu bon sur ce point.

La commune a aussi bien fait de tenir bon sur l’extension des bâtiments agricoles, malgré les remarques contradictoires des personnes publiques associées.

Cela étant dit : nos craintes ne sont pas levées, et d’autres inquiétudes sont venues s’ajouter au dossier tout au cours de son instruction.

1- L’avis de l’ARS est assez inquiétant : En effet, cette entité s’inquiète en ce qui concerne l’approvisionnement futur en eau potable, et sur les capacités d’assainissement, à terme, suite à l’accroissement prévu de la population : J’en profite entre parenthèse pour signaler que cette agence doute aussi de vos projections en terme de population puisque elle parle elle de 14 000 habitants en 2025 (vous dites 13500 en 2030). Vos réponses notamment sur le volet adduction d’eau ne sont pas satisfaisantes, car contredites par les chiffres réels qui dépassent largement les prévisions du schéma départemental. Grosso modo : L’autonomie des réserves en eau potable passeraient de 35 heures en 2012 à 25 heures en 2025 avec 18 heures en période de pointe.

2- L’inquiétude aussi est là concernant le taux de logements sociaux à 30%, bien sûr imposé par l’Etat, et même si les opérations de moins de 24 logements ne sont pas concernées. Il risque donc d’y avoir concentration à certains endroits, ce qui on le sait, a toujours provoqué des problèmes.

3- Concernant les carences du PADD, les lois et règlements n’ont pas étés respectés car il doit préciser notamment la qualité, la localisation, et la nature des terres consommées. Vous avez refusé de modifier celui-ci en conséquence (pris par le temps peut-être), mais vous vous exposez à ce que le PLU soit attaqué sur ce sujet.

4- Comme nous l’avions indiqué, les opérations déjà lancées (notamment la ZAC des Costes et le moulin à vent) ne sont pas prises en compte ni dans le PADD, ni dans le chiffrage du nombre d’habitants prévu. Vous m’aviez ri au nez lorsqu’à plusieurs reprises j’ai soulevé ce problème... Voilà maintenant que l’Etat, l’ARS, le commissaire enquêteur et bien d’autres s’interrogent et vous interrogent sur ce problème. Vos réponses là aussi sont partielle, voire insuffisantes, voire laconiques (expression que le commissaire enquêteur a aussi employée).

5- Concernant l’assainissement, on nous parle de 21 500 habitants pour Mèze et Loupian réunies à l’horizon du projet (hypothèse 3). Si on part de votre hypothèse de 13 500 habitants cela voudrait dire 8000 habitants à Loupian… Permettez-moi d’être interrogatif sur ce paragraphe intitulé « Perspectives d’évolution démographique » qui ne fait que conforter mes positions.

6- La chambre d’agriculture dénonce : Le manque de lisibilité sur l’évolution de l’étalement urbain en l’absence d’analyse pertinente de la consommation d’espace ; le maintien d’un rythme soutenu de l’étalement urbain etc…

7- Le diagnostic sur lequel s’appuie votre projet de PLU est largement critiqué par bon nombre d’intervenants car il est basé sur des données datant de 2009. Vous répondez que la mise à jour ne changera pas le projet : Le commissaire, là aussi vous rappelle le cadre légal et l’article L151-4 du code de l’urbanisme)… Vous prenez encore le risque que votre document soit attaqué.

8- Suite à l’enquête publique, vous prenez en compte des demandes individuelles, loin de l’intérêt général, notamment quand vous acceptez de classifier en U3 une zone restreinte et assez difficile d’accès. Le commissaire enquêteur, bien qu’il ne donne pas un avis défavorable, l’assortit de réserves notamment sur l’accessibilité et les réseaux.

PLU ZONE CEINTURON.jpg

9- Concernant le commerce local : Des remarques ont étés faites, et la crainte est évidemment que l’impact sur le commerce du cœur de ville de l’implantation d’une zone commerciale au nord de la ville soit important voire mortifère. Il est regrettable que vous n’apportiez aucune réponse à ces inquiétudes…

10- Sur l’inondabilité du sesquiers, le bons sens des Mézois s’est exprimé dans l’enquête, le bon sens du commissaire enquêteur aussi qui rejoint parfaitement notre position en demandant : « d’établir, avant toute délivrance d’autorisation d’aménagement ou de construction, une étude hydraulique globale pour déterminer les effets cumulés de la succession des opérations dans le futur quartier nord. Une mention explicite devra figurer dans le règlement des zones concernées » Vous avez fait fi de sa demande, je n’ai rien vu dans le règlement.

 

Votre projet prévoit 650 logements supplémentaires avec un accroissement de la population de 2300 habitants…

Or, le SCOT de Thau, sur lequel vous vous appuyez, prévoit 1600 nouveaux logements de 2009 à 2030. Si on garde les proportions de vos propres calculs on arrive sur cette période à +4800 habitants. Si l’on rajoute 4800 à 10700 (pop 2009) on obtient 15500 habitants.

C’est à mon avis un chiffre plus réaliste compte tenu des évolutions envisagées.

Le projet doit donc être mis à jour et d’ailleurs le commissaire enquêteur indique que : « Cette mise à jour est nécessaire et ne peut pas être effectuée à la marge »

Il considère que le doute est permis sur la conformité de telles dispositions (votre « à la marge ») dans un document de valeur juridique.

 

Votre volonté assumée et affichée de créer en fait un deuxième pôle urbain à Mèze va désintégrer notre ville et totalement la déséquilibrer.

C’est la perte d’un cachet de notre belle ville avec des bâtiments horribles comme ceux de la zac des costes, c’est la sectorisation de notre population… c’est la mort de 30 à 40% de nos commerces de centre ville qui font vivre notre cité.

Le fait que l’enquête et l’avis du commissaire enquêteur nous rejoigne, ne nous console pas des conséquences inéluctables de votre politique d’urbanisation et de bétonisation à tout va au mépris de toute considération environnementale, hydraulique, sociétale et traditionnelle.

En ne suivant pas un certain nombre de recommandations, vous vous exposez à l’annulation de votre document.

Mais ce n’est pas le plus grave. Vous allez mettre en danger le patrimoine d’un certain nombre d’habitants, tout cela pour une finalité difficile à cerner :

QUEL INTERET DE S’ETENDRE, QUEL INTERET DE GRANDIR pour grandir ? Vous êtes incapable de répondre à cette question.

Par contre nous connaissons déjà les effets pour la commune : Des charges et des équipements supplémentaires à financer, des services toujours plus importants à fournir.

Vous vous en doutez donc nous voterons donc contre ce document que je qualifierais de nuisible pour notre population.

Et j’invite chaque conseiller autour de la table à prendre ses responsabilités et voter en conscience et non par discipline.

Il s’agit de Mèze plus que jamais, et je sais que bon nombre d’entre vous sont attachés à notre cité.

Enfin, j’espère que si quelqu’un a des intérêts quelconques autour de notre assemblée dans les décisions induites par ce document, cette ou ces personnes auront le bon gout de s’abstenir de voter.

PLU ZONAGE G2N.jpg

23/12/2016

Ma dernière intervention à la CCNBT(Communauté des Communes du Nord du Bassin de Thau) avant sa disparition

Il est rare que je relaie ici mes interventions en conseil municipal ou en conseil communautaire, mais je tenais à partager ma dernière intervention à la CCNBT:

 

DSC_0464.JPG"Nous avons étés élus en 2014 par la population (pour un mandat 6 ans), grâce à une loi dont l'objectif était de faire en sorte que les oppositions soient représentées au sein des intercommunalités.

Je pense que les uns et les autres ont pu constater toute l'utilité de cette présence: en effet, cela a permis d'exprimer des avis partagé mais pas forcément facile à évoquer par certains membre de la majorité.

Je crois que c'est la première fois dans l'histoire de la 5ème république qu'une décision administrative écourte le mandat des élus: C'est donc la démocratie, le souhait des électeurs qui est ainsi bafoué.

Pour certains, donc, ce sont les dernières heures de leur carrière intercommunale. Pour d'autres, l'aventure va continuer dans une structure d'une autre dimension.

Nous comptons sur vous! Il n'y aura pas de temps d'adaptation. Vous allez représenter notre territoire et essayer de le défendre avec des problématiques nouvelles (transports).

Mais aussi, malgré les réussites de la CCNBT en matière d'assainissement et de collecte des déchets, grâce notamment à Jean Bruno Barruchi et Olivier Archimbeau, des problématiques où les résultats ne sont pas présents comme sur le développement économique.

Il y aura aussi quelques projets d'infrastructures à défendre pour le nord du bassin de Thau.

Je souhaitais vous témoigner ici, tout le plaisir que j'ai eu de siéger avec vous.

Ici, le président de séance n'essaie pas d'humilier ou de dénigrer systématiquement ses interlocuteurs,

Ici, lorsque l'on demande un document, on l'obtient, et de toute manière, l'ensemble des documents sont joints aux délibérations,

Ici, lorsque le président s'engage sur quelque chose, il tient parole...

Les plus initiés sauront de quoi je veux parler...

Malgré votre présence à l'agglo de Thau, je crois aussi que vous devrez vous efforcer de garder ceux d'entre nous qui n'y sont pas, au courant de ce qu'il s'y passe, et si possible les associer à vos décisions et travaux...

Par respect d'abord, et ensuite par efficacité puisque ces élus ont l'expérience, et le vécu, la connaissance du territoire, ce qui ne se remplace pas.

Pourquoi ne pas demander la création de commissions, où l'ensemble de élus actuels (les sortants comme on dit) pourraient participer?

Enfin, je souhaiterais remercier l'ensemble des agents et des administratifs de la CCNBT pour leur implication et leur neutralité tout au long de ces 2 ans et demi.

Le travail en commission d'appel d'offre était aussi très intéressant et s'est déroulé dans une très bonne ambiance avec Jacques ADGE...

Je vous remercie tous autant que vous êtes autour de cette table.

Nous avons bien sûr eu des divergences techniques ou politiques, et mes interventions ont quelquefois pu être mal comprises. Mais je ne les regrette pas. Je fais toujours en conscience et agis en fonction de ce que je juge juste à un instant T.

Mais je peux témoigner de votre sens de l'intérêt général, et surtout des excellentes relations humaines que j'ai entretenu avec bon nombre d'entre vous.

Je vous remercie pour tout ce que vous avez fait et ce que vous continuerez à faire pour ce territoire.

Et au premier chef, je souhaitais rendre hommage à tout ce que notre président, Yves PIETRASANTA, a pu apporter de positif depuis des décennies au nord du bassin de Thau."DSC_0454.JPG

 

Photo Sandra LEBRUN

DSC_0479.JPG

14/10/2016

On déplore les inondations mais on veut à tout prix imperméabiliser les bassins versant!

"On déplore les inondations mais on veut à tout prix imperméabiliser les bassins versant!

Tout d'abord, mes pensées vont d'abord à tous ceux qui ont été touchés par les intempéries de ces deux derniers jours..
Les circonstances ne sont pas si exceptionnelles que cela puisque la plaine du sesquiers à Mèze a été inondée en 2003. A l'époque, il avait fallu secourir des personnes cernées par les eaux.

Malgré toutes mes protestations, le PLU qui va être présenté cet hiver à la population Mézoise, prévoit une ZAD au Nord du lac du sesquiers, c'est à dire dans la dernière zone du bassin versant susceptible d'absorber les eaux de pluie.

La bétonnisation est une des sources les plus importantes des ruissellements et donc des inondations des zones basses. Quand à côté de cela, on autorise des constructions sur des zones même partiellement inondables, le résultat peut s'avérer dramatique.

Je pense qu'il est encore temps de changer de stratégie en terme d'urbanisme et d'arrêter cette course folle à toujours plus de béton, toujours plus d'habitants, sources de rentrées fiscales.

C'est pourquoi, j'en appelle aujourd'hui à la sagesse du maire de la ville de Mèze pour qu'il revoit ses projets sur ce sujet... Faute de quoi, il ne pourrait se défausser de sa responsabilité sur les conséquences futures de ses choix."

31/01/2016

REELECTION AU CONSEIL NATIONAL ET AU COMITE DEPARTEMENTAL DES REPUBLICAINS: REMERCIEMENTS

Chers Amis,

Je viens d'être réélu conseiller national ainsi qu'au comité départemental..

Je remercie les adhérentes et les adhérents de la 4ème circonscription qui m'ont fait confiance à plus de 70% pour le conseil national et à près de 80% pour le comité départemental. Je remercie aussi les électeurs des autres circonscriptions pour leur vote à un niveau inespéré.

Je sais à qui je dois cette réélection, c'est pourquoi, il faut rester humble et lucide.

Je remercie tous mes amis qui ont ainsi défendu ma candidature auprès de nos militants... Ils se reconnaîtront.

Maintenant, c'est l'heure de la mise en oeuvre de la préparation des échéances futures et de l'animation de notre mouvement. Avec Guillaume FABRE et les autres élus de la circonscription, nous allons tout faire pour redynamiser celle-ci.

Au niveau du canton, je salue l'élection de Robert Guyon à qui j'ai proposé de m'accompagner et j'ai une pensée pour ceux qui n'ont pas étés élus. La qualité de leur candidature et le travail effectué n'est pas en cause, et ils ont bien sûr toute leur place parmi nous.

Où que je siège, je m'attacherai toujours à faire entendre votre voix. Vous savez tous que je suis à votre écoute, et que je n'hésite pas à hausser le ton pour nous faire entendre.

Donc, maintenant, au travail, ensemble, pour battre la gauche en 2017.

19/01/2016

VOEUX 2016

Mes chers amis,

 

Je vous souhaite à vous et votre famille une très bonne année 2016.

 

Pour bon nombre d'entre nous, tourner la page de 2015 ne pourra être qu'un passage abordé sans regrets de l'année qui vient de s'écouler.

Tant à titre personnel, que pour notre pays, l'année qui est passée sera placée sous le signe d'une succession de faits plus dramatiques les uns que les autres.

Il faut désormais regarder devant, en essayant de ne pas se demander ce que les autres peuvent nous amener, ce que l'Etat peut nous amener, mais bien plutôt ce que nous pouvons amener aux autres et ce que nous pouvons amener à notre pays et nos collectivités respectives.

C'est pourquoi, plus que jamais, je serais encore cette année à votre disposition pour essayer de vous aider du mieux que je peux.

C'est pourquoi, je continuerai mon action au sein de notre commune de Mèze, au sein de la CCNBT ainsi que dans la défense de mes convictions libérales et humanistes.

Même si nombreux d'entre vous me demandent pourquoi mes interventions ne sont pas relayées par la presse locale, même si cela laisse penser certains que je n'interviens plus au conseil, d'autres moyens permettent au citoyen de s'informer sur ce qui se passe réellement dans nos assemblées locales.

Ainsi, il est à louer l'action de TV Mèze qui publie toutes les vidéos les conseils municipaux de la ville à cette adresse: http://www.tvmeze.fr/Conseils-Municipaux_r223.html.

Les citoyens Mézois peuvent ainsi s'apercevoir que le nombre de mes interventions en conseil n'a jamais chuté, pas plus que mon assiduité. En effet, je suis le seul conseiller municipal de l'opposition à avoir participé à TOUTES les séances depuis la nouvelle mandature (c'est aussi la cas à la CCNBT).

C'est aussi l'occasion pour nos administrés de prendre connaissance d'un certain nombre de dossiers, qui n'ont bizarrement jamais étés divulgués, ni évoqués dans les médias locaux, chacun étant libre, bien sûr d'écrire et de publier ce qu'ils veulent, de boycotter certains, et de passer du statut de média d'information à celui de presse institutionnelle.

Notre belle commune va devoir affronter de nombreux enjeux financiers, mais aussi concernant l'avenir de ce territoire, que l'on veut tantôt marier de force avec ses voisins et tantôt isoler face à des regroupements souhaitables et logiques, étant précisé que ces deux décisions émanent des mêmes personnes en fonction des intérêts et des zones d'influence des uns et des autres.

En conclusion, je suis toujours là, plus que jamais avec mes qualités et mes défauts, mais toujours sincère, dévoué et désintéressé puisque après 13 ans d'investissement intense, je n'ai jamais perçu un seul centime de mes activités politiques.

Avec Yvan GARCIA, au conseil municipal, et avec Magali DESPLAT, Jacques LLORCA et Eric GARINO à la CCNBT, nous nous sommes retrouvés autour de principes communs qui sont le respect de l'argent du contribuable et la volonté de voir notre territoire évoluer harmonieusement dans l'intérêt de ses habitants.

Je m'efforcerai de continuer au mieux, toujours à l'écoute de vous tous, sans démagogie et sans fausse promesse..

Je vous souhaite donc encore une fois une excellente année 2016.

Gilles PHOCAS

 

28/02/2015

FEVRIER 2015: KAFKA, TAFTA, COLLUSIONS ET CORRUPTION, et PRECISIONS

KAFKA:

Je suis Français et athée, et je le revendique.

Je suis Français par tous les pores de ma peau... beauf et franchouillard sur les bords pour certains...

Je suis athée, mais je considère que les racines chrétiennes de mon pays sont incontestables, et plus culturelles que cultuelles.

Au nom de ma liberté, au nom de la laïcité, je souhaite pouvoir être un citoyen qui définit ses actions uniquement sur des plans humains, politiques et spirituels.

Je suis confronté, depuis quelques temps, tous les jours en ouvrant la radio, la télé ou internet à deux mots: Juif et Islam..

Jusqu'à l'overdose jusqu'au trop plein, ces deux religions, peut être malgré elles, occupent 90% de mon espace de débat et d'information.... dans une société dite laïque.

Je ne suis pas le seul à n'en plus pouvoir:

Les représentants de l'Etat devraient simplement rappeler les racines chrétiennes de notre pays et donc déclarer fermement et dès maintenant qu'il est hors de question de débaptiser des fêtes ou des vacances...

Les représentants de l'Etat devraient aussi simplement rappeler que toute action religieuse ou pas qui se perpétue en marge des lois de la république doit être fermement sanctionnée.

Enfin les représentants de l'Etat doivent conseiller à ceux qui ne souhaitent pas appliquer ces principes au nom de quoi que ce soit, doivent quitter le territoire Français et migrer vers des terres où ces actes sont tolérés si ça les chante.

D'autres sujets bien plus importants devraient mobiliser nos énergies, et de manière urgente.

TAFTA: Je n'ai pas voté la motion qui déclarait la ville de Mèze "Hors Tafta"... Et ça aussi, je le revendique.

Je n'ai pas voté contre, j'ai simplement refusé de participer au vote.

Même si j'ai été le seul élu à adopter cette posture, je le revendique aussi..

En voici les raisons:

J'ai d'une part pris pour principe de ne plus voter de motions qui ne concernent pas la gestion de notre commune et qui ne sont pas de sa compétence.

Le texte proposé au vote émanait d'un mouvement politique. J'aurais peut-être été plus attentif à un texte rédigé par les élus, avec en moins un anti-libéralisme primaire...

Le TAFTA est en cours de négociation, et pour le moment aucun texte n'est encore déterminé: Je hais les procès d'intention. Je me prononcerai donc sur ce traité, une fois qu'il sera rédigé et quand je saurais ce qu'il y a réellement dedans... Il est à noter que ce texte sera présenté aux députés européens, qui, s'il est vrai que les groupes sont contres, n'auront qu'à voter contre et le problème sera réglé.

On nous parle de "négociation secrète": Comme disait Coluche: "Là, c'est clair, le mec il ne sait rien. C'est même pas sûr etc... " Par conséquent, par définition, on ne sait pas de quoi il en retourne.

Je suis un libéral au sens littéral et au sens économique: La suppression des droits de douanes, un grand marché, la concurrence à condition qu'elle soit transparente et juste (pas comme dans l'UE actuelle) sont des valeurs auxquelles je suis très attaché.

Si le texte du traité lorsqu'il existera constituait une menace pour notre équilibre alimentaire, nos richesses naturelles et la santé de nos concitoyens, vous pouvez être certains que je me prononcerai contre, au moment opportun.

Je considère que ce moment n'est pas venu, même s'il n'aurait pas été idiot de définir des principes qui doivent présider aux négociations actuelles.

COLLUSIONS ET CORRUPTION:

La lutte contre la corruption, les conflits d'intérêt, les collusions en tous genres et les confusions des genres sont, comme vous le savez, l'axe principal de mon combat politique.

Il faut bien expliquer aux citoyens contribuables et administrés que toutes ces exactions se font CONTRE LEURS INTERETS...

On ne le dit pas assez souvent, mais toute "fleur" octroyé à un élu où un dépositaire d'un pouvoir quelconque ne se fait jamais sans contrepartie: Un entrepreneur, un promoteur attend toujours bien sûr quelque chose en retour. Il n'est en effet, pas dans sa nature de s'appauvrir pour le plaisir. Et il faut bien comprendre que la contrepartie est toujours un avantage octroyé dont la source est l'argent public.

On peut donc affirmer que la principale conséquence de ces pratiques impacte les impôts locaux. Une partie étant donc affectée à l'octroi de ces avantages.

Cette gangrène est malheureusement très répandue dans notre région, ces pratiques nombreuses.

Le clientélisme est aussi pour moi une forme de corruption... c'est une forme de corruption d'électeurs... Et là aussi, il est pratiqué à outrance par nos élus.

Il faut donc combattre ce fléau de toutes nos forces.

Le problème, c'est que l'on voit beaucoup de citoyens et de partis s'agiter et dépenser une énergie incroyable pour des motifs assez futiles au final..

Mais contre la corruption, contre les conflits d'intérêts, on ne voit pas grand monde et on se sent bien seul.

Comme s'il y avait en somme une sorte de complicité... à moins que ce ne soit la peur... ou le manque de courage...

PRECISIONS:

Les départementales ont lieu les 22 et 29 mars 2015...

Pour couper court à certaines personnes qui se permettent d'intervenir en mon nom, je souhaitais préciser ma position.

Je soutiens sans réserves et j'apporte mon concours aux candidats Yann LLOPIS et Eliane ROSAY respectivement maire de Montagnac et de Bouzigues dans cette élection... Ces deux maires sont accompagnés par une élue de Poussan, Madame Arlette RAJA, mais aussi par mon ami Michel BOYA qui m'a fait le plaisir de m'accompagner lors de municipales de 2014.

Cette élection est importante pour les convictions que je défends. En effet la gabegie institutionnalisée de la gestion socialiste du conseil général actuel ne peut continuer.

L'occasion est donnée cette fois-ci de porter une autre majorité à ce département...

Plus d'aide aux acteurs locaux, plus de proximité avec les habitants, et moins de dépenses fastueuses, moins de dépenses de communication avec en prime un renouveau du personnel politique départemental.

Cet engagement ne changeant en rien mon positionnement au sein de la CCNBT....

 

22/01/2015

JANVIER SANGLANT SUR FOND DE DICTATURE DE LA DEMESURE ET DE BAL DES FAUX CULS

En général, au mois de janvier, vous avez l'habitude de lire mes voeux sur ce blog.

Ce mois de janvier 2015, il y aura une exception... Pas le coeur, pas les mots, pas l'envie...

En cause, des évènements familiaux, mais aussi le contexte et les évènements que traversent non seulement notre pays, mais aussi notre société.

Moi, aussi, j'ai été Charlie, quelques jours, pour montrer mon attachement à la liberté d'expression, pour montrer aux barbares qu'ils étaient archi-minoritaires et complètement à côté de la plaque. Pour montrer que le fanatisme et la violence n'avaient pas leur place dans notre société.

Je n'ai jamais acheté Charlie Hebdo, et je ne changerai pas. Trop de provocation à mon sens, un droit que je ne leur conteste pas mais qui n'est pas de mon goût. Je ne sais pas ce que cela apporte. Je continuerai à y préférer le Canard Enchaîné le mercredi.

Ce qui m'intéresse, c'est ce que nous allons faire pour traverser et régler les problèmes que nous traversons, pas les effets de cape.

Pendant ces jours nous avons vu et entendu les pires exagérations, les pires bêtises et la course à l'audimat de certaines chaînes auraient pu avoir des conséquences bien plus graves.

C'est ainsi que le matin de la prise d'otage des frères Kouachi nous avons entendu un député déclarer sur une radio d'info qu'il y avait quelqu'un de caché dans l'imprimerie: miracle, les terroristes n'étaient pas branchés sur ces ondes là.

C'est ainsi aussi que lors de la prise d'otage de Coulibaly, un journaliste a annoncé que des personnes étaient cachées dans une chambre froide! Là encore, sans conséquences...

J'affirme que la vie de ces otages a été inutilement mise en danger par ces chaînes inconscientes.

La manifestation géante du 11 janvier 2015 a été l'occasion de voir défiler paradoxalement de grands ennemis de la liberté d'expression à la tête de cortège de personnes de toutes sensibilités et de toutes religions, qui, elles, sont restées dignes.

En effet, nous avons pu voir en tête de cortège des chefs d'Etat dont les pratiques sont aux antipodes des principes de liberté d'expression que la marche était censée défendre. Je rappelle aussi, que dans notre pays, il y a des affaires récurrentes d'écoutes plus ou moins illégales.

Au niveau local, et c'est bien sur, moins grave, j'ai souri en voyant défiler des Charlies qui n'ont de cesse que de museler et d'empêcher leurs opposants de s'exprimer sur les dossiers de la cité. J'ai aussi souri à certains édito de quotidiens qui refusent, au mépris de la loi, des droits de réponse à des personnes mises en cause dans leurs colonnes.

En fait, à toutes ces personnalités, internationales, nationales, ou locales, plutôt que de défiler, je souhaiterais qu'elles essaient au moins de comprendre pourquoi elles défilent et surtout qu'elles agissent en conséquence dans leurs actes de la vie de tous les jours.

Nous avons aussi entendu tout et n'importe quoi au fil des intervenants en plateau.

Le "padamalgam" était bien sûr dans toutes les bouches, ce qui a eu pour conséquence qu'il y en ait de nombreux.

En effet, ce que voient les citoyens, c'est que ne sont perpétrés ces derniers temps, que des tueries au nom de l'Islam, et pas au nom du Catholicisme, du Judaisme, ou même du Bouddhisme... C'est un fait.

C'est pour cette raison qu'un certain nombre de personnes ont appelé les musulmans à manifester contre le terrorisme et l'Islam radical...

Cet appel est souvent mal perçu, mal interprété par certains... Ils pensent qu'on leur demande de s'excuser ou de s'expliquer. Ce n'est pas cela: On leur demande leur aide.

On les pense bien placés pour faire passer le message de la paix, le message de la république à des personnes qui prétendent partager leur religion.

Les problèmes rencontrés dans de très nombreux établissements scolaires lors des minutes de silence, dénotent une forte incompréhension, très inquiétante pour les années à venir.

Oui, la république a besoin des musulmans pour faire passer des messages.

Le message principal et sur lequel la république n'a que trop reculé, n'a que trop fait de concessions est le message suivant: Dans notre société, la république étant par définition le cadre de notre vie en commun, c'est elle qui est en haut de l'échelle des valeurs, au dessus des préceptes des religions, quelles qu'elles soient:

Quelqu'un qui refuse de se conformer à nos lois, aux règles qui définissent comment nous vivons ensemble ne peut selon moi, rester sur un territoire dont il refuse les règles qu'ont défini des générations et des générations de citoyens, et même se sont battus pour elles.

Ce n'est donc pas une question de nationalité, c'est une question d'acceptation des règles, qui ne peuvent être remises en cause que selon un processus défini et démocratique (et non violent) et doivent être respectées tant qu'elles sont en vigueur.

Les musulmans de France sont bel et bien mis en difficultés par ces barbares, c'est une réalité, et ils risquent de souffrir longtemps de ce mois de Janvier 2015.

Notre destin est donc lié.

Mais encore une fois quand on lit, ou quand on entend certains éminents politiques, ou autres artistes déclarer que "les musulmans sont les premières victimes de ces attentats", on se dit que l'on n'a pas encore, et de loin, atteint les limites de la bêtise vocalisée.

Non, messieurs, les "premières victimes" sont tout simplement les personnes qui ont perdu la vie sous les balles et sous les slogans religieux...

Quel irrespect pour eux et leurs familles de les déchoir de leur statut de premières victimes.

C'est certainement le résultat, quand on invite des personnes sur un plateau, qui n'ont pourtant rien à dire, mais qu'il faut à tout prix meubler et meubler encore des heures et des heures de direct.

Cette "séquence" comme ils disent, a débouché sur un regain de vitalité de l'aura de notre président. Il faut aujourd'hui aimer Hollande, Valls et Cazeneuve sous peine d'être accusé de briser la grande réconciliation nationale dont vous me permettrez de douter.

Désolé, je suis peut-être mauvais public, mais je n'applaudis pas aux responsables des services qui ont connus des "failles".

Des personnes soit-disant protégées par les services de police qui se font exécuter sur leur lieu de travail,

Des délinquants Islamistes radicaux, interdits de territoire aux USA qui partent s'entraîner au Yémen et qui reviennent sur le territoire, qui s'arment, et perpètrent un carnage, s'échappent à la barbe de nos services, font des pleins de leur véhicule puis refont une prise d'otage,

Un repris de justice, condamné en 2013 à 5 ans et qui contracte un crédit pour s'acheter des armes en Belgique, revient, abat une policière municipale, puis organise une prise d'otage dans un supermarché cacher, faisant 4 morts et des traumatisés à vie.

Je suis désolé, mais je n'ai pas envie d'applaudir à la gestion de cette crise qui aurait été "exemplaire".

Quand on est responsable de tout cela, l'exemplarité c'est de tirer les conséquences de ces dysfonctionnements.

Tout au contraire, ayant flairé le bon filon, politiques et médias, font tout ce qui est en leur pouvoir pour faire durer la "séquence"...

Débats tous les jours et à toutes heures depuis 3 semaines sur ces sujets. Surmédiatisation des Hollande, Valls et Cazeneuve et consorts (une manifestation par jour et une surenchère de propositions qu'il faudra financer... ou pas). Quand on travaille, en général, on n'a pas le temps de faire tout ce cinéma.

Pendant ce temps, le chômage, la délinquance quotidienne, la précarité, le mal logement, le racket fiscal ne se voient plus... à la télé.

Meilleurs voeux pour cette année 2015.

Gilles PHOCAS

 

26/08/2014

SENATORIALES 2014: POURQUOI JE FIGURE SUR LA LISTE "L'HERAULT D'ABORD" EMMENEE PAR RAYMOND COUDERC

PHOTO GROUPE.JPGSi je m'autorisais à essayer de définir mon action citoyenne depuis toutes ces années d'engagement public, je pense que je pourrais la qualifier ainsi.

- La fidélité à mes valeurs, mais aussi l'écoute de ceux qui n'ont pas forcément les mêmes que moi,

- Le combat contre certaines dérives politiques et la défense des intérêts des contribuables, dont l'argent est pour moi, sacré,

- L'opiniâtreté, la pugnacité pour être complètement loyal vis à vis de mes électeurs en étant conforme à mes engagements de candidat,

- L'ouverture aux autres, à ma droite, et à ma gauche, le rejet et l'intolérance n'étant pas des solutions.. J'ai toujours privilégié l'écoute de toutes et de tous.

- Enfin, je crois au don de soi pour défendre des causes, et mon engagement d'élu local totalement bénévole s'inscrit bien dans ce principe..

Je connais Raymond COUDERC depuis longtemps, et j'ai toujours pu mesurer ses qualités dans les diverses fonctions qu'il a occupé:

Raymond COUDERC ne traîne pas de casseroles, et n'a jamais été cité dans des affaires douteuses. Cela a toujours été mon combat, car si la politique aujourd'hui est autant décriée, c'est à cause de tous ceux qui, par leurs comportements, ont écoeuré les citoyens par leurs magouilles,

Raymond COUDERC est aujourd'hui Sénateur à temps plein: J'ai signé en tant que candidat la charte Anticor qui prévoit notamment le non cumul des mandats,

Raymond COUDERC est quelqu'un de fidèle à ses convictions, fidèle à ses amis, et toujours prêt à les aider sur le terrain... Il n'est pas homme à trahir en pactisant dans des alliances de circonstances, au gré de ses intérêts avec les uns puis avec les autres... Cette fidélité, et cette loyauté, j'ai toujours moi-aussi essayé de les respecter. Même si je n'adhère plus à aucun parti politique, je porte toujours mes valeurs d'humaniste libéral auxquelles je ne crois pas avoir une seule fois dérogé,

Ainsi, lorsque Raymond COUDERC m'a proposé de figurer en troisième position sur sa liste des élections sénatoriales de Septembre, je n'ai pas hésité longtemps pour accepter, tout en ayant conscience de l'honneur qui m'était fait, et de la responsabilité qui devenait ainsi la mienne.

Il me semble primordial que Raymond COUDERC puisse continuer le travail entrepris en tant que sénateur. En effet, il bénéficie d'une réelle expérience et surtout d'une activité continue, assidue et efficace dans la défense de nos territoires, de nos traditions, de notre culture et de nos intérêts d'Héraultais au parlement.

Voilà donc, résumé, le sens de mon engagement.

Avec nos 4 autres colistiers Elyett HERMANN (conseillère régionale), Marie-Agnès SIBERTIN-BLANC (Maire de Popian), Isabelle BARTHEZ (adjointe au Maire de la Salvetat/Agout), et enfin Philippe BOUCHE (Maire de Faugères) c'est une équipe représentative de la diversité géographique de notre département qui se présentera donc aux suffrages des grands électeurs, le 28 septembre 2014...

article liste senatoriale 20082014.JPG